Obama refuse d’être l’ombre de Clinton

Barack Obama a annoncé lundi qu’il refusait le ticket Clinton-Obama proposé par la sénatrice de New York et son ex-président de mari. Le sénateur de l’Illinois estime qu’avec son avance il ne peut décemment pas accepter un fauteuil de vice-président d’Hillary Clinton, en cas de victoire des démocrates sur les républicains. La course à l’investiture se poursuit donc avec, ce mardi, les primaires du Mississipi pour lesquelles Barack Obama est donné favori.

Ce ticket était un aller simple. Barack Obama a refusé lundi la proposition de ticket commun avec Hillary Clinton pour l’investiture démocrate en vue de l’élection présidentielle américaine de novembre. Et pour cause. L’alliance en question prévoyait que la sénatrice de New York soit présidente et que son homologue de l’Illinois la seconde à la magistrature suprême en cas de victoire des démocrates sur les républicains, emmenés par John McCain.

La force, mais pas l’union

Hillary Clinton a suggéré l’idée d’un ticket vendredi, peut-être ragaillardie par ses victoires, il y a une semaine, dans deux Etats importants : le Texas et l’Ohio. Cette idée de tandem a été vivement soutenue par Bill Clinton, mari d’Hillary et ancien locataire de la Maison Blanche. « Si vous les mettez ensemble, leur force est pratiquement impossible à arrêter », a indiqué dimanche l’ex-chef de l’Etat, soulignant que son épouse « a toujours été ouverte à cette possibilité ».

Lundi, devant ses partisans au Mississipi, où des primaires se déroulent ce mardi, Barack Obama a tenu à remettre les pendules à l’heure. « La sénatrice Clinton a de la ténacité. Je la respecte pour cela. Elle travaille dur pour remporter l’investiture. Mais je veux que pour tout le monde ce soit absolument clair, je ne veux pas être vice-président, je veux être le président des Etats-Unis », a déclaré le candidat à la présidence.

Obama ne sera pas un second couteau

Et le jeune politicien américano-kenyan de dénoncer le culot de sa rivale. « J’ai gagné plus au vote populaire que la sénatrice Clinton. J’ai plus de délégués, donc je ne comprends pas comment une personne qui est en seconde position peut proposer d’être vice- président à celui qui est en première position », a-t-il expliqué. Il compte en effet 1 553 voix de délégués, contre 1 438 pour l’ex-première dame américaine.

Ironique, Barack Obama a retourné contre le clan Clinton les nombreuses critiques dont il l’affuble. Il « vient de passer les deux, trois dernières semaines (…) à dire :  » Eh bien nous ne sommes pas sûrs qu’il soit prêt  » ! Je ne comprends pas. Si je ne suis pas prêt, comment pouvez-vous penser que je serai un grand vice-président ? », a lancé Barack Obama.

Résultat, les primaires se poursuivent. Barack Obama part favori pour celles du Mississipi, un petit Etat du Sud où la population noire – qui lui est grandement acquise – est la plus importante des Etats-Unis (37%). Cette échéance pourrait donc permettre au natif d’Hawaï de se remettre de ses défaites dans l’Ohio et le Texas. Hillary Clinton préfère quant à elle assurer ses arrières en Pennsylvanie, où une élection majeure se tiendra le 22 avril.