Obama – McCain : lequel peut faire face à la crise financière ?

Les deux prétendants à la Maison Blanche se sont, une nouvelle fois, affrontés dans un duel télévisé, dans la nuit du mardi à mercredi. Crise financière oblige, le débat a essentiellement porté sur la situation économique des Etats-Unis, au grand bonheur du candidat démocrate. John McCain qui devait profiter de ce rendez-vous pour renverser les tendances en sa faveur, n’a pas convaincu. Les derniers sondages confortent l’avantage du candidat démocrate. Le prochain et dernier duel est prévu pour le 15 octobre.

Pour McCain, c’était le rendez-vous à ne pas manquer. Il lui fallait, en cette période où les Américains sont hantés par la crise financière, ramener le débat de mardi soir sur le terrain de l’expérience et de la personnalité de son rival. Et espérer ainsi gagner des points dans les sondages. C’est raté. La nouvelle journée noire qu’ont connu les bourses américaines aidant, les 80 électeurs indécis de Nashville, dans le Tennessee, ont axé leurs questions sur l’économie du pays. Ils attendaient des propositions concrètes des deux candidats pour résoudre la crise actuelle.

Barack Obama, une nouvelle fois, s’en est mieux sorti. Le sénateur de l’Illinois, propose de poursuivre le plan de sauvetage de 700 milliards de dollars en ciblant les petits commerces et les investisseurs individuels. Il prône aussi la réduction des impôts pour la classe moyenne et l’allocation de fonds spécifiques aux organisations étatiques et locales pour favoriser la construction d’infrastructures et créer de nouveaux emplois. Le candidat démocrate a promis aussi plus de régulation, notamment des mesures contre les parachutes dorés.

Son rival républicain, John McCain, promet quant à lui, qu’une fois élu, il ordonnerait au département du Trésor de racheter les prêts immobiliers à risques des ménages américains et de renégocier de nouveaux prêts. Il n’a cependant pas précisé comment il comptait financer ce projet.

Obama marque des points sur la question de l’assurance-maladie

C’est notamment sur la question de l’assurance-maladie que le candidat démocrate a vraiment fait la différence. Il s’est montré plus soucieux des problèmes des Américains que son adversaire. Pour lui, l’assurance-maladie est un « droit » fondamental de tous les citoyens américains que le gouvernement doit garantir, alors que McCain estime, pour sa part, que c’est une responsabilité qui revient aux personnes et aux entreprises.

Ensuite, quand McCain a tenté de traiter Obama de « libéral voulant augmenter massivement les impôts et les dépenses de l’Etat », celui-ci a balayé ces attaques en lançant, avec le sourire : « ça ne doit pas beaucoup vous intéresser de voir des politiciens qui ne font qu’accuser leur leurs adversaires. » Le démocrate, à chaque fois, pris soin d’associer McCain à la faillite de l’administration Bush. « Le pays ne peut pas se payer quatre ans supplémentaires semblables aux huit ans que nous venons de vivre », a-t-il martelé tout au long de la soirée.

Surprise : les attaques telles que celles lancées, le week-end dernier, par la colistière du candidat républicain, Sarah Palin, au sujet d’une supposée amitié entre Obama et des terroristes, n’ont pas trouvé place dans le débat de mardi soir.

Au total, aucun des deux candidats n’a fait de nouvelles propositions. Selon le New York Times, ils se sont juste appuyés sur les questions des spectateurs pour « répéter leurs refrains de campagne».

Les analystes, eux, sont unanimes : Barack Obama est sorti victorieux de ce deuxième duel télévisé. Les sondages des téléspectateurs confirment. Selon CNN 54% d’entre eux ont trouvé que Barack Obama est « un dirigeant solide » contre 33% pour McCain. A quatre semaines du vote, c’est plutôt une bonne nouvelle pour le démocrate. En attendant la dernière confrontation, le 15 octobre, le rêve continue !

Lire aussi :

 Premier duel télévisé McCain-Obama : aucun ne tire son épingle du jeu

 Obama – McCain : les sondages les font présidents à tour de rôle

 Barack Obama accusé de copiner avec des terroristes

 Sarah Palin fustige Barack Obama