Sarah Palin fustige Barack Obama

Les républicains ont découvert mercredi les aspirations de Sarah Palin, la colistière du candidat républicain John McCain à la Maison Blanche. Dans son discours prononcé à Saint-Paul où se tient la convention républicaine, elle s’est notamment comparée à Barack Obama en le critiquant.

Sarah Palin a fait son show mercredi à la convention républicaine. La colistière du candidat officiel du parti, John McCain, qui a été investie après son intervention, n’y est pas allée de main morte avec leur adversaire démocrate : Barack Obama. Elle a dénigré l’expérience de travailleur social du candidat démocrate en la comparant à la sienne en tant que « maire d’une petite ville » : « une sorte d’animateur social » avec de « véritables responsabilités ». Contrairement à elle, a-t-elle déclaré, Barack Obama n’a que l’expérience d’un « d’organisateur communautaire à Chicago » et non d’un « homme politique ». Le gouverneur de l’Alaska s’est aussi moqué du goût pour la rhétorique du démocrate.

Ovationnée par le public, la colistière de John McCain a mis en doute les compétences et le patriotisme du candidat démocrate. «Voici un homme qui a écrit deux mémoires mais n’a pas rédigé une seule loi ou présenté une seule réforme, même pas quand il était parlementaire du parlement local de l’Illinois», a-t-elle affirmé. «Voici un homme qui peut délivrer un discours entier sur les guerres menées par l’Amérique et ne jamais utiliser le mot victoire… excepté quand il parle de sa campagne», a ajouté Sarah Palin avant de désigner John McCain comme le véritable porte-parole du changement en Amérique. «En politique, il y a des candidats qui utilisent le changement pour promouvoir leur carrière. Et il y en a d’autres, comme John McCain, qui utilisent leur carrière pour promouvoir le changement», a-t-elle asséné.

Palin critique, le camp Obama riposte

Face à ces critiques, la riposte des démocrates ne s’est pas fait attendre.
« (Le discours de Palin) a été élaboré par ceux qui écrivent les discours de George Bush et résonne exactement comme ces attaques partisanes et sources de division que nous avons entendues de George Bush ces huit dernières années », a lancé Bill Burton, le porte-parole du candidat démocrate.

Mercredi soir, Sarah Palin a essayé de faire oublier aux républicains les petits scandales qui ont germé autour de sa personne depuis qu’elle a été désignée colistière de John McCain la semaine dernière. La presse a révélé que la fille de 17 ans de cette ultra-conservatrice, opposée à l’avortement, était enceinte et que son mari avait été arrêté, il y a une vingtaine d’années, en état d’ivresse. Sarah Palin ferait également l’objet d’une enquête parlementaire pour délit d’influence. Eclipsée par l’Ouragan Gustav qui menaçait la Nouvelle-Orléans, en début de semaine, la convention républicaine a eu moins de retentissement que celle des démocrates avec le mémorable discours de Barack Obama. Mardi, le candidat démocrate a dépassé la barre symbolique des 50% d’intentions de vote.