« O.S.E.R. L’AFRIQUE » : La jeunesse prend le pouvoir

Permettre l’essor et le rayonnement de l’Afrique par la voix de la jeunesse, tel est l’objectif du collectif O.S.E.R. L’AFRIQUE. Il a été créé au printemps 2009 par des jeunes de la diaspora. Jacques Jonathan NYEMB, Avocat à la Cour et Président du Collectif et Cédric SINARINZI, Elève-avocat à l’Ecole du Barreau de Paris, secrétaire général du Collectif, présentent « le Carnet » à Afrik.com.

Afrik.com : Comment est né le Collectif O.S.E.R. L’AFRIQUE?

Le déclic a été pour nous l’approche du cinquantenaire des indépendances de nombreux Etats africains. A un constat simple, à savoir celui de l’immensité des défis auxquels reste confronté le continent africain, nous avons choisi d’apporter une réponse claire : engager pleinement et activement la jeunesse africaine dans les efforts de développement de notre Continent.

Ainsi, et avec d’autres jeunes aux origines – une quinzaine de nationalités – et parcours divers mais partageant cette même vision, fut créé au printemps 2009 le Collectif OSER L’AFRIQUE.

Animés par le désir de voir émerger une jeunesse africaine engagée, les membres du Collectif OSER L’AFRIQUE ont tous à cœur d’incité massivement les jeunes à agir ensemble, pour l’essor et le rayonnement de l’Afrique. Déterminés à faire entendre la voix de la jeunesse, nous pensons qu’une jeunesse qui évolue en synergies et possède les « outils » de son épanouissement s’imposera inévitablement, par ses initiatives économiques, politiques ou culturelles comme un acteur de premier plan en Afrique.

En ce sens, le Forum de la Jeunesse Pour l’Afrique, qui s’est déroulé le 15 juillet 2010 à l’Université Paris Dauphine, a été l’acte fondateur de cet élan d’engagement que nous souhaitons partager avec nos frères et sœurs de la diaspora et du Continent.

Afrik.com : Pourquoi avez-vous créé un collectif et non pas une simple association ?

O.S.E.R. signifie en toutes lettres : Ouverture, Solidarité, Exemplarité et Respect. Il s’agit des valeurs qui structurent le Collectif et qui guident son action. Le Collectif est un réseau associatif composé essentiellement d’associations et de jeunes étudiants et cadres africains ou d’origine africaine ayant à cœur de s’engager en faveur du Continent. Le Collectif OSER L’AFRIQUE entend ainsi être une plateforme de réflexion et d’action ouverte à toutes les forces vives du Continent. Dès le départ, nous avons souhaité fédérer sans annihiler les différences, encourager les synergies sans effacer les individualités. Notre devise « Unité dans la diversité » illustre bien cette préoccupation. Ainsi, et dès les prémices de notre initiative, l’idée d’un « collectif » nous est apparue comme la forme plus idoine pour mener à bien nos objectifs. Le choix d’un Collectif plutôt qu’une association a donc été motivé par la volonté de mieux respecter les sensibilités et l’indépendance de chacun. L’adhésion aux valeurs que nous promouvons est avant tout morale, tout en sachant que nous restons résolument tournés vers l’action.

Afrik.com : Vous venez de publier le « Carnet de la Jeunesse pour l’Afrique », en quoi cette initiative se démarque-t-elle?

Tout d’abord, OSER L’AFRIQUE est une initiative de la jeunesse africaine par la jeunesse africaine et pour la jeunesse africaine. Sur la jeunesse, fer de lance des nos nations, repose l’avenir de notre Continent. Nous sommes en effet convaincus que la renaissance de l’Afrique passera indubitablement par l’action d’une jeunesse tournée vers l’avenir et résolue à affronter les nombreux défis socio-économiques. Et, pour ce faire, le Carnet constitue une « feuille de route » pour l’action de tous ces jeunes qui, comme nous, sont pleins d’ambitions et d’espoirs mais en proie à l’hésitation et/ou au découragement.

Par ailleurs, le Carnet se démarque également par une approche à la fois collective et participative. Les idées phares que nous mettons avant dans le Carnet sont le fruit d’une concertation engagée à l’occasion du Forum en juillet 2010. Aussi, vous aurez noté la diversité des intervenants sollicités dans le Carnet. La parole a ainsi été donnée aux jeunes afin qu’ils s’expriment sur les difficultés qu’ils traversent au quotidien mais en même temps esquissent des solutions d’avenir. Afin de les inciter à agir, nous avons également mis en avant des modèles de réussite afin d’inciter les jeunes à dire « Yes We Can !». En outre, un certain nombre d’experts ont donné leur avis sur chaque thématique abordée dans le Carnet. Enfin, en clin d’œil à la place importante occupée par le 9ième art en Afrique, revues et journaux satiriques, etc. Nous avons souhaité illustrer notre démarche en images au sein du Carnet. En bref, nous avons voulu ce Carnet comme la preuve « vivante » des ambitions et de la démarche que le Collectif entend initier.

Afrik.com : Le Carnet est structuré sous forme de chapitres illustrés par quatre idées phares, pouvez-vous nous en parler ?

Il s’agit effectivement de 4 idées phares structurant tout le Carnet : Incarner, Se Regrouper, Innover et Rayonner. Ce sont des dynamiques qui, à notre sens, doivent guider l’action de chaque jeune africain quelle que soit son initiative.

Incarner : une action n’est efficace que si elle appuie sur des valeurs et une identité pleinement assumées. Comme nous l’avons évoqué précédemment, l’ouverture d’esprit, la solidarité, l’exemplarité (que les anglo-saxons dénomment « lead by example ») et le respect constituent un socle incontournable sur lequel nous devons nous appuyer pour bâtir l’avenir de l’Afrique.

Se regrouper : nous sommes convaincus que l’intégration régionale est un enjeu majeur pour le Continent. Mais, au-delà de cette vision macro, le regroupement au sein de structures entrepreneuriales, de coopératives ou d’initiatives de la société civile permet une émulation intellectuelle et une dynamique de groupe favorables à la créativité et indispensables à l’efficacité d’une action quelle qu’elle soit.

Innover : comme l’a si bien dit Cheikh Modibo Diarra, astrophysicien malien, la créativité et l’innovation peuvent se substituer aux ressources financières. D’ailleurs, la Sillicon Valley fut et demeure un grand foyer d’innovations technologiques grâce au génie des créateurs de start-ups. Nous souhaitons également voir se multiplier en Afrique des foyers d’innovation et des secteurs innovants grâce à la diversité de nos talents, de nos territoires et à la jeunesse de notre population.

Rayonner : Nous souhaitons voir une Afrique conquérante et ouverte sur le monde, une Afrique qui fasse partie du concert des nations et pleinement associée aux décisions d’avenir qui concernent le Continent. Nous souhaitons voir apparaître des Steve Jobs africains, des industries et des entreprises ayant une croissance forte et capables de faire face à la compétitivité internationale. Ce mouvement est amorcé avec notamment des entreprises de taille régionale voire continentale qui sont actuellement cotées sur les bourses occidentales à l’image d’Afren, une société nigériane cotée sur le London Stock Exchange. Et sur, ce point, le rôle à jouer par la diaspora est non négligeable.

Afrik.com : Quelles sont les difficultés rencontrées au cours de l’élaboration du Carnet? :

Nous avons essentiellement puisé dans notre motivation et notre détermination pour faire face aux différents obstacles d’ordre logistique (concilier l’emploi du temps des cours et l’emploi du temps professionnel avec les exigences associatives) et matériel : nous n’avons pas à l’heure actuelle de partenaires financiers exclusivement dédiés au Carnet car non seulement nous souhaitions avoir notre indépendance « éditoriale » d’où la publication du Carnet en ligne mais également nous avions comme objectif de rendre le Carnet accessible au plus grand nombre dans une version numérique gratuite que les jeunes africains peuvent télécharger librement. C’est la raison pour laquelle nous remercions nos différents contributeurs qui l’ont fait gratuitement et qui ont accepté de soutenir notre projet. Nous avons pu également bénéficier de l’action décisive des associations partenaires dont nous remercions vivement l’efficacité.

Afrik.com : Quelles sont les prochaines étapes après la publication du Carnet ?

Notre ambition est claire : que chaque jeune du Continent ou de la diaspora s’engage à poser un geste responsable et porteur de prospérité pour l’Afrique ! Nous allons donc, dans un premier temps, rentrer dans une phase de promotion du Carnet qui devrait s’étaler tout au long du premier semestre 2012. Cette phase sera surtout un moment important de sensibilisation, concertation et rassemblement de la jeunesse autour des idées développées dans le Carnet.

Par la suite, nous rentrerons dans une phase opérationnelle visant à proposer aux jeunes porteurs de projets des outils concrets leur offrant ainsi un « cadre » virtuel ou physique pour transformer leurs ambitions et potentialités en réalisations et initiatives concrètes pour le développement du Continent. Le Collectif fera des propositions en ce sens à l’occasion de l’événement de présentation de notre Carnet à la jeunesse de la diaspora le 15 février prochain à Sciences-Po Paris; mais OSER L’AFRIQUE s’inscrivant dans une démarche participative, nous restons à l’écoute de la jeunesse.

Voir le spot d’OSER L’AFRIQUE

Le site internet OSER L’AFRIQUE