Nouveau drame de l’immigration clandestine au Gabon

clandestinmortGabon1.jpg

La population de Libreville a assisté à un spectacle macabre, mardi dernier, sur les plages de la capitale gabonaise, théâtre d’un nouveau drame de l’immigration clandestine. Reportage.

Notre correspondant à Libreville

clandestinmortGabon4.jpgLa population s’affole, accoure et prend d’assaut le bord de mer. La circulation est perturbée et tout le monde s’arrête. 15 corps sans vie et quelques effets personnels dont une Bible écrite en anglais, des babouches, quelques vêtements entassés et un passeport ghanéen ont été retrouvés sur la plage, en face de la bibliothèque nationale. Il s’agit certainement d’immigrés clandestins ouest-africains qui voulaient rallier Libreville par la mer.

Une pirogue retrouvée sur les lieux accrédite la thèse d’un naufrage. Cette pirogue, selon certaines sources, serait partie du Nigeria et aurait transité par le Cameroun et la Guinée Equatoriale avant d’atteindre les côtes gabonaises.

clandestinmortGabon3.jpgLes habitants de Libreville, très choquées par ce drame, expriment leur émotion. « C’est triste de voir les corps humains éparpillés de cette manière comme s’il s’agissait de poisson ou de gibier. Cela me touche beaucoup, et je crois que ce drame doit interpeler les gouvernants africains qui sont responsables de la gestion chaotique de nos économies », déclare un fonctionnaire gabonais avant d’ajouter : « Quand on souffre, on pense toujours que le soleil est à la porte. Il faudra que les chefs d’Etat africains qui se réunissent en ce moment en Egypte fassent une lecture objective de cette catastrophe. »

« C’est très émouvant. J’ai été très choquée de voir le corps d’un adolescent sortir de l’eau. Je n’ai jamais autant vu de cadavres dans ma vie», dit pour sa part la jeune Annie M., membre de la Croix rouge gabonaise.

Le Gabon très attractif

clandestinmortGabon1.jpgLes enquêtes sont en cours. Elles permettront, selon les autorités gabonaises, d’identifier les corps pour une éventuelle évacuation dans leurs pays d’origine. Le ministère de l’Intérieur estime à 400 000 le nombre d’immigrés clandestins vivant en terre gabonaise.

Le Gabon attire de nombreux immigrés africains à cause de sa relative prospérité économique. La plupart des clandestins vivant au Gabon passaient autrefois par le Cameroun. Mais à cause des nombreux contrôles routiers qui jonchent la route du nord, ils prennent de plus en plus nombreux la voie suicidaire de la mer pour échapper à la vigilance de la police d’immigration.

En décembre de l’année dernière, on avait enregistré un autre drame de l’immigration à Libreville, 12 corps sans vie ont été retrouvés alors à la plage de la Sablière. Rappelons que ce nouveau drame se produit alors que le gouvernement gabonais a expulsé, il y a quelques jours seulement, 84 immigrés clandestins.

Les peuples africains souffrent. L’intégration africaine avance à pas de tortue. Le népotisme, les dictatures et la délinquance économique ne laissent aucune chance de survie aux populations. Les plus riches sont toujours riches et les pauvres s’appauvrissent davantage. Les jeunes menacés par les conditions de vie insoutenables et plus qu’abjectes rêvent d’aventures et de vie meilleure sous d’autres cieux. Mais ces rêves de la jeunesse africaine affamée, malheureusement se transforment vite en drame…