Nos mille et une façons de mourir

La mort pour gagner sa vie. Pleurer la disparition des autres pour ne pas pleurer sur son sort. Vivre comme un sans-abri pour ne s’attacher à rien ni à personne. Telle est la philosophie de Toloki, héros du roman de Zakes Mda,  » Le pleureur « , publié aux éditions Dapper.

 » Il y a mille et une façons de mourir ! « , tels sont les premiers mots du roman de Zakes Mda,  » Le pleureur « . Toloki est un jeune sud-africain élevé au village mais rapidement confronté aux affres de la grande ville. Noria a grandi dans le même village, mais ils se vouent une haine réciproque. Ces deux êtres abîmés par la vie se retrouvent des années plus tard.

Le jeune garçon dort dans un hangar désaffecté et transporte tous ses biens dans un chariot de supermarché. Il survit grâce à la mort, il est pleureur. Il pleure les morts aux enterrements et récolte la générosité des familles. Noria a traversé un mariage raté, elle a perdu ses deux enfants, l’un tué par des animaux et l’autre assassiné lors d’une rixe. Ces deux âmes perdues construisent ensemble une nouvelle maison, une nouvelle vie.

Deux destins au coeur de l’apartheid

Sur fond de crise sociale sud-africaine, Zakes Mda brosse le portrait d’êtres en quête de calme et de tranquillité. Au milieu d’une ville mise à feu et à sang par des affrontements incessants entre bandes rivales, Toloki et Noria ressemblent à de nombreux sud-africains persécutés par la répression policière. L’apartheid engendre des cicatrices qui se referment difficilement. Les communautés blanches et noires s’opposent, des luttes intestines déciment les effectifs des mouvements de Libération.

Zakes Mda, peintre, poète et auteur sud-africain est un témoin vivant de la violence imposée par le régime de l’apartheid. Il retrace avec un style plein d’émotion et d’espoir le destin tragique de ces deux personnages à la dérive.

Outre la qualité indiscutable du roman de Zakes Mda, ce livre se fait également objet d’art. Une couverture au papier velouté dévoile les visages de Toloki et de Noria, les pages épaisses ont la couleur du sable et le format carré, plutôt original, apporte sa touche finale à cette édition d’art.

Commander le livre : Editions Dapper 1999