Normalisation entre Maroc et Israël : après Poutine, l’ANC en colère

Le Président sud-africain, Cyril Ramaphosa

Après le Président russe, Vladimir Poutine, qui a dit son désaccord quant à la décision de Donald Trump de reconnaître la souveraineté du Maroc sur le Sahara Occidental, assujettie à la normalisation des relations entre le Maroc et Israël, c’est au tour de l’ANC, le parti de Nelson Mandela, de condamner cette position des Etats-Unis d’Amérique.

Dans un communiqué, le Congrès national africain (ANC) a indiqué avoir appris « avec consternation » l’annonce du Président des Etats-Unis, Donald Trump, de reconnaître la « prétendue souveraineté marocaine sur le Sahara Occidental », appelant toutes les forces internationales et progressistes du continent et du monde à condamner cet accord et à continuer d’œuvrer pour la mise en œuvre des résolutions de l’ONU et de l’UA.

« Seul le peuple du Sahara Occidental peut prendre une décision concernant sa propre souveraineté et son autodétermination… La décision du Maroc de reprendre des relations diplomatiques normales avec l’Etat d’Israël est malheureuse, alors que l’oppression et le déni de l’autodétermination du peuple palestinien se poursuivent sans relâche », poursuit l’ANC.

Soutenant que les droits inaliénables du peuple du Sahara Occidental et de la Palestine à l’autodétermination et à la liberté ne seront pas affectés par l’accord de Trump, l’ANC déplore : « C’est un triste jour pour le Royaume du Maroc, en tant que président de l’Organisation pour la coopération islamique (COI) et en tant que gardien d’El Qods, d’accepter la transaction de Trump ».

« L’ANC continue de soutenir fermement le droit à l’autodétermination des peuples du Sahara Occidental et de Palestine, un droit consacré, d’ailleurs, dans les résolutions du parti », ajoute le communiqué, rappelant que le Maroc, qui est membre de l’Union africaine (UA), donc engagé à respecter son Acte constitutif et ses décisions, n’a aucune souveraineté sur le Sahara Occidental.

A lire : Normalisation entre le Maroc et Israël : colère de Poutine