Nord-Mali: l’opération Barkhane affaiblit les groupes armés

Au Nord du Mali, l’opération Barkhane se poursuit. Les militaires français ont mené de nouvelles frappes dans les vallées de l’Amettetaï. Ces frappes ont permis de réduire les capacités logistiques des groupes armées terroristes présents au nord du pays.

Selon un communiqué du gouvernement malien, différentes actions militaires ont été menées par les militaires français de la force Barkhane au cours de la semaine dernière au nord du pays. Ces opérations ont conduit à la destruction de quatre caches d’armes et sites de stationnement des groupes armés terroristes dans le massif du Tigharghar.

Priver de capacités logistiques

Ces actions menées en cinq jours ont permis d’affaiblir les groupes armés qui rodent autour du nord-Mali. C’est l’avis du lieutenant-colonel Michel Sabatier, porte-parole de la force Barkhane. « Ces frappes aériennes avaient pour but de priver les terroristes de capacité logistique ».

Cette opération s’est faite à la suite de celles menées du 28 septembre eu 6 novembre visant à maintenir la pression sur les groupes armés terroristes et à les priver d’autonomie et de capacités logistique. Pour Michel Sabatier, la destruction des quatre caches ne s’est pas faite en un jour. Un certain nombre d’informations était nécessaire pour mener à bien cette opération. « Ça consiste d’abord, à avoir la connaissance d’un certain nombre d’objectifs et en l’occurrence de caches. On a pu obtenir ces informations grâce aux renseignements acquis dans la durée depuis un certain temps. Forts de ces renseignements, on a pu déclencher des actions aériennes avec des avions de chasse, des Mirage 2000 et des Rafale, pour détruire quatre caches et sites de stationnement des groupes armés terroristes. »

L’opération Barkhane a été lancée le 13 juillet dernier. Elle vise à lutter contre le terrorisme dans toute la région du Sahel. Le lancement de cette opération s’est fait à la fin de l’opération Serval au Mali.