Noma : le visage de la pauvreté

Le noma est une terrible maladie. Les malades voient leur visage dévoré par une bactérie. Encore méconnu, près de 500 000 personnes en souffriraient selon l’organisation mondiale de la santé. Le noma touche surtout des enfants en manque de nutrition ou d’hygiène buccale, qui vivent dans une grande pauvreté. L’Afrique est l’un des continents les plus touchés.

Un cauchemar. C’est ce que vivent au quotidien les victimes du noma. La bactérie à l’origine du noma (mot grec qui signifie en grec « dévorer ou molester ») dévore entièrement le visage, laissant de grands trous visibles. La maladie touche en particulier les enfants qui souffrent de malnutrition et d’un manque d’hygiène buccale. Les victimes vivent dans des conditions d’extrême pauvreté. Le noma touche généralement les pays les plus pauvres, en Afrique, Asie et Amérique latine. Il s’est développé ces derniers temps dans la corne de l’Afrique, où sévit une grave sécheresse. Malgré sa progression, le noma n’est toujours pas reconnu comme maladie officielle de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). « C’est une honte ! selon l’ancien rapporteur de l’ONU pour le droit à l’alimentation. Le noma est une violation du droit à l’alimentation, car c’est une conséquence directe de la malnutrition. »

«L’enfant meurt dans 70 % à 90 %»

La maladie, qui débute par une lésion bénigne de la bouche, peut détruire, très rapidement, les os du nez et de la mâchoire, les lèvres, la joue, le nez et les paupières. L’évolution est foudroyante, en quelques jours, quelques semaines, sans soins, l’enfant meurt dans 70 % à 90 % des cas, indique le Dr. Philippe Bellity, Chirurgien Plasticien et Président Fondateur de l’association française « Enfants du noma » (EDN). Selon lui, « l’enfant qui survit a des séquelles importantes : mutilations du visage, difficultés d’élocution et d’alimentation à cause du blocage des mâchoires. Défiguré, il est rejeté de tous, mis au ban de la société. Il est le visage de la pauvreté! »

Les chirurgiens de l’espoir

Ceux qui « survivent à la maladie ne sont en effet pas vraiment chanceux. Ils doivent vivre avec de terribles crevasses dans leur visage », a confié Jan Sluimers à la radio néerlandaise RNW, docteur en chirurgie plastique et président de l’Association du Noma, aux Pays-Bas. L’association se rend à Sokoto, dans le nord du Nigeria deux semaines par an pour tenter de redonner un visage aux patients. Depuis 1996, elle y envoie des équipes. Les hôpitaux en Afrique n’ont pas suffisamment de moyens pour opérer les malades. « Nous n’avons pas les connaissances spécifiques. Et nous n’avons pas assez de chirurgiens pour faire une telle opération », explique le médecin nigérian Adetunji de l’hôpital pour enfants Noma Children Hospital, à Sokoto. Une fois l’opération effectué, ils suivent régulièrement les patients et font éventuellement des opérations supplémentaires. D’après Jan Sluimers, l’opération change complètement leur vie. « En leur donnant un nouveau visage, on leur donne une nouvelle vie, dit-il. Ces gens peuvent de nouveau être acceptés dans la société, même s’ils continueront à avoir un visage un peu déformé. »

Lire aussi :

 Mali : la fondation Oumou Sangaré se bat pour les enfants sans visage

 Voir le site les enfants du noma