Nigeria : polémique après un prêt de 500 millions dollars de la Chine

Le prêt de plus de 500 millions de dollars accordé par la Chine au gouvernement nigérian, dans le seul but de l’aider dans son développement, a fini de déclencher la polémique. Pointée du doigt, la Chine déclaré ne pas avoir l’intention de dépasser la souveraineté du Nigeria et qu’elle était uniquement engagée dans son développement, tout comme d’autres pays africains.

Au milieu de l’indignation suscitée par le prêt de 500 millions de dollars recueillis par le gouvernement fédéral du Nigeria auprès de la Chine, le pays asiatique a déclaré qu’il n’y avait pas de plan pour reprendre le droit souverain cette nation, en cas de défaut de paiement. On rappellera que le ministre des Transports Rotimi Amaechi, en s’entretenant avec des journalistes, avait expliqué pourquoi il n’y avait rien de mal à cela.

La position d’Amaechi est intervenue après que la Chambre des représentants a découvert que les accords entre le pays et la Chine ont cédé le droit souverain du Nigeria sur les actifs financés par les prêts en cas de défaut de paiement. S’exprimant lors d’une émission télévisée en direct sur AIT, samedi dernier, le ministre des Transports a par la suite révélé que le Nigeria remboursait déjà les prêts de la Chine.

Selon lui, sur le prêt de 500 millions de dollars que le gouvernement fédéral a contracté pour construire la ligne ferroviaire Abuja-Kaduna, 96 millions de dollars ont été payés, ajoutant que le prêt sera remboursé pendant 20 ans. La Chine a déclaré qu’elle ne cherchait pas de « gains politiques égoïstes » alors que la pression montait sur les prêts de FG de plus de 500 millions de dollars.

« Aucune ingérence dans la poursuite par les pays africains en voies de développement qui correspondent à leurs conditions nationales. Pas d’ingérence dans les affaires intérieures des pays africains; pas d’imposition de notre volonté aux pays africains; pas d’attachement de liens politiques à l’aide à l’Afrique; et pas de recherche d’égoïsme gains politiques en matière d’investissement et de financement de la coopération avec l’Afrique », indique une partie de la déclaration.

En revanche, Sani, un ancien sénateur représentant Kaduna Central, a soulevé une contrariété contre les logiques derrière le remboursement des prêts pour une période de 20 ans. L’ancien législateur a déclaré que d’ici 2040, lorsque le Nigéria aurait conclu le paiement, de nombreuses infrastructures construites avec les prêts pourraient s’être dépréciées.