Nigeria : les cours du pétrole chutent, l’Etat préoccupé

Les cours mondiaux de l’or noir sont en baisse. Ce qui freine l’activité économique du Nigeria, qui est le premier producteur de pétrole en Afrique, contraignant l’Etat à réduire ses dépenses.

Le Nigeria, première puissance en Afrique, se trouve confronté à la baisse des cours mondiaux du pétrole. Le pays est essentiellement dépendant de la production pétrolière. Il a tenté de rassurer ce dimanche, les investisseurs étrangers sur les conséquences de cette baisse en leur promettant de surveiller l’inflation et de réduire les dépenses de l’État en 2015.

Réduction des dépenses de l’État

L’État nigérian s’engage à ajuster le prix du baril de pétrole pour le budget 2015, ce qui va engendre une chute des recettes pétrolières de plus de 3 milliards de dollars. Selon la ministre nigériane des Finances, Ngozi Okonjo-Iweala, si les projections de productions de barils par jour restent maintenus, le budget de l’État va chuter de plus 1 milliard de dollars passant de 28 milliards à 26,87 milliards de dollars.

Afin de contrer les effets de la chute du pétrole, l’État s’est engagé à protéger les intérêts des Nigérians ordinaires en contrôlant le plus possible l’augmentation des prix. Le pétrole représente 83% des exportations du pays et 70% de ces recettes.