Nigeria : le cauchemar continue pour les écolières

Le président nigérian Muhammadu Buhari s’excuse et qualifie le kidnapping de douzaines d’écolières par les militants de Boko Haram de désastre national.

Les djihadistes ont pris d’assaut l’école dans la ville de Dapchi dans le nord-est du Nigeria ce lundi, et on ne sait toujours pas combien de filles ont disparu. Les parents ont déclaré à la BBC qu’au moins 100 étudiantes n’ont pas été retrouvées.

Douze véhicules transportant des insurgés et des armes lourdes ont pénétré dans le campus de l’école, ont ouvert le feu et largué des explosifs. Les étudiants et les enseignants ont fui dans le bush environnant au milieu du chaos qui s’ensuivit et des dizaines de personnes n’ont pas été vues depuis.

Le chef du pays a déclaré que les avions de surveillance et d’autres troupes étaient envoyés pour aider à la recherche.

La colère des parents à propos de la gestion du dossier par le gouvernement est forte et ravive le souvenir de l’enlèvement des écolières de Chibok il y a quatre ans. Les autorités ont d’abord nié que les étudiantes aient été kidnappées, affirmant qu’elles se cachaient de leurs agresseurs. Le gouvernement de l’Etat de Yobe a dû s’excuser après avoir publié par erreur une déclaration mercredi selon laquelle certaines des filles avaient été sauvées par l’armée.

Le président nigérian s’est excusé pour l’attaque de vendredi, dans ses premiers commentaires sur l’incident. « Nous sommes désolés que cela ait pu se produire, nous prions pour que nos vaillantes forces armées localisent et ramènent en toute sécurité les membres de votre famille disparus« , a-t-il déclaré dans un communiqué.

Le groupe activiste nigérian, Bring Back Our Girls, a fait pression sur le gouvernement pour qu’il publie une liste de noms afin de clarifier le nombre d’élèves portés disparus.

Dapchi, est situé à environ 275 km au nord-ouest de Chibok.