Nigeria : l’ex-président Rawlings refuse une « ingérence étrangère » face à Boko Haram

L’ancien président du Ghana, Jerry Rawlings, a prévenu le Nigeria contre l’utilisation de la seule force armée pour lutter contre la secte islamiste Boko Haram. C’était à Igueben, dans l’Etat d’Edo, au Nigeria, à l’occasion de la célébration, le week-end dernier, du 70e anniversaire du Chief Tom Ikimi, l’ancien ministre nigérian des Affaires Etrangères et leader du principal parti de l’opposition le « All Progressives Congress » (APC).

A l’occasion du 70e anniversaire de Chief Tom Ikimi, l’ancien ministre nigérian des Affaires étrangères et leader du principal parti de l’opposition le « All Progressives Congress » (APC), l’ex-président ghanéen, Jerry Rawlings, a appelé les Nigérians a s’opposer à une ingérence étrangère. Il évoquait, le week-end dernier, dans l’Etat d’Edo, au Nigeria, la situation du nord de ce pays, en proie à de violents troubles, fomentés par la secte islamiste Boko Haram.

La guerre contre la terreur

L’ancien président est aussi membre des Elders, qui signifie en français les sages. Cette organisation, crée par Nelson Mandela en 2007, rassemble des hommes d’Etat et d’anciens activistes pour les droits de l’homme qui s’engagent pour la résolution des conflits les plus graves. Jerry Rawlings a plaidait pour que ce pays, le plus peuplé d’Afrique, n’autorise pas la communauté internationale à s’ingérer dans ses affaires à cause des problèmes de sécurités.

Il explique que la guerre contre la terreur peut être vaincu si tous les Nigérians travaillent dans l’unité. « La puissance politique du Nigeria compte pour 35 % de la puissance politique du continent africain » explique Jerry Rawlings au sujet de ce pays de plus de 168 millions d’habitants.

Le Nigeria avait sollicité une intervention militaire de l’ONU pour l’aider dans sa lutte contre la secte islamiste Boko Haram à travers le président du Sénat de ce pays, David Mark, à la fin du mois de mars dernier. Il recevait alors la visite du vice-secrétaire générale de l’ONU, Jan Eliasson. Ce dernier avait promis que les Nations Unies élaboreront des stratégies afin d’aider le Nigeria à lutter contre Boko Haram.

Contre la tentation d’une assistance de puissances étrangères

« C’est pour cela que le Nigeria doit montrer la direction pour l’Afrique. Vue la manière dont le monde évolue, le Nigeria ne doit pas se sentir vulnérable ou d’autres prendront avantages de ses problèmes » a déclaré Jerry Rawlings. Il a exprimé des regrets concernant la situation du pays mais il met en garde ce pays contre la tentation de l’assistance de puissances étrangères. « La société doit s’examiner, se rassembler, mettre en place des stratégies ensemble, sinon les hommes et les femmes ne pourront pas régler ce problème aujourd’hui ou demain » affirme-t-il

« A ce point de l’histoire nigériane, nous avons besoin de leaders qui sont prêts à se battre pour le pays, prêt à payer l’ultime sacrifice pour que les jeune héritent d’un pays libre, qui offre à chaque citoyen un place loyal dans notre nation » conclut-il, au sujet Chief Tom Ikimi.