Nigeria : l’armée délivre plus de 300 femmes et enfants du joug de Boko Haram

L’armée nigériane a annoncé mercredi 28 octobre avoir secouru plus de 300 personnes retenues par les insurgés de l’organisation terroriste Boko Haram.

Au Nigeria, l’armée a délivré plus de 300 personnes détenues par le groupe terroriste Boko Haram au nord-est du pays. Les captifs (192 enfants et 138 femmes) étaient emprisonnés dans la région de la forêt de la Sambisa, dans le nord-est du pays. L’annonce de leur libération a été faite ce mercredi par un communiqué de l’armée. « L’unité de l’armée a secouru 338 personnes retenues en captivité par les terroristes, dont 192 enfants et 138 femmes, lors d’opérations menées mardi dans la région de la forêt de Sambisa, un fief des rebelles islamistes », a déclaré l’armée.

Cette libération intervient cinq jours après l’arrestation de 45 militants présumés de Boko Haram par la police secrète qui les soupçonnait de préparer un attentat à Lagos. « Le Département des services secrets (DDS) a demandé au tribunal de les placer en détention provisoire pendant la suite de l’enquête, en vue de leur éventuelle comparution devant une haute cour », a indiqué une des sources.

Plus de 1 400 personnes ont été tuées dans des attaques et attentats depuis mai dernier, dont près de 170 durant le mois d’octobre, en grande majorité des civils. Le groupe terroriste Boko Haram annoncé comme affaibli, multiplie pourtant les attaques dans les mosquées, les gares ou encore les marchés tuant des centaines de personnes, dans le nord du Nigeria.

Boko Haram commet aussi de nombreuses attaques dans les pays voisins du Nigeria, notamment dans l’Extrême-Nord du Cameroun, au Niger ou encore au Tchad. Les troupes de tous ces pays prêtent main forte à l’armée nigériane dans la lutte contre l’insurrection armée, qui n’a visiblement pas dit son dernier mot.