Nigeria-Guinée Equatoriale : accord sur les eaux riches en pétrole

La Guinée équatoriale et le Nigeria ont signé un pacte territorial délimitant leurs frontières communes ce week-end, a annoncé l’agence PANA.
Le géant de l’Afrique et la lilliputienne ex-colonie espagnole ont ainsi mis fin à un différend sur leurs eaux territoriales qui faisait l’objet d’incessantes tractations depuis 10 ans.

La question des eaux territoriales est devenue particulièrement sensible avec les découvertes de gisements pétroliers off-shore dans les zones contestées, et le  » rush » des compagnies pétrolières en vue de les exploiter.

Au sortir de leur rencontre bilatérale qui s’est tenue, dans la capitale nigériane, Abuja, le Ministre des Affaires étrangères nigérian, M Dubern Onya et son homologue équato-guinéen, M Santiago Nchama ont fait part de leur intention de ratifier ledit accord d’ici la fin du mois, dans la capitale de la Guinée Equatoriale, cette fois.

Un des pays les plus pauvres du monde

Point fort du futur accord de Malabo, selon M Dubern Onya : les concessions portant sur les gisements exploités par la Guinée Equatoriale dans les portions maritimes que le Nigeria estime siennes.

Avec seulement 432 000 habitants, la Guinée Equatoriale est un des pays les plus pauvres du monde. L’espérance de vie atteint péniblement les 50 ans. Les infrastructures de base comme les transports ou l’équipement en électricité sont dérisoires. Mais les découvertes de gisements pétroliers au large de ses côtes lui ont permis d’atteindre des chiffres de croissance dépassant les 30% par an. L’or noir constitue, pour Malabo, une opportunité historique afin de refaire son retard en matière de développement.