Nigeria, Enlèvement de Chibok : 2 ans, 2 Présidents et toujours rien

14 avril 2014 – 14 avril 2016. Il y a deux ans, jour pour jour, plus de 200 lycéennes du collège de Chibok au Nigeria étaient enlevées dans leur établissement par Boko Haram. A ce jour, aucune trace d’elles, malgré le changement de Président.

Le 14 avril 2014, 276 filles étaient enlevées par des membres du groupe Boko Haram dans le nord-est du Nigeria, déclenchant une vague d’indignation planétaire à travers la campagne #BringBackOurGirls. Les 276 lycéennes enlevées par les hommes armés de Boko Haram préparaient leurs examens. Le rapt et la diffusion d’une vidéo d’Abubakar Shekau, le chef du groupe terroriste, menaçant de les marier de force ou de les cendre comme des esclaves, avaient soulevé une vague d’indignation mondiale.

Ce mercredi 13 avril 2016 au soir, la chaîne de télé CNN a révélé que Boko Haram avait fait parvenir aux autorités nigérianes « une preuve de vie » sous la forme d’une vidéo. Une première preuve permettant d’établir que certaines des jeunes filles enlevées sont toujours en vie, depuis celle diffusée en mai 2014. Les images montrent une quinzaine de jeunes filles recouvertes d’un hijab noir, qui donnent leur nom, assurant avoir été enlevées à Chibok et pracisent la date de l’enregistrement, le 25 décembre 2015. Elles assurent être bien traitées mais confient vouloir rentrer chez elles. Plusieurs parents ont reconnu leurs enfants sur cet enregistrement

Durant les jours qui ont suivi l’enlèvement, cinquante-sept lycéennes avaient réussi à s’échapper. Deux ans après, aucune nouvelle précise sur les 219 autres. Le Président de l’époque, Goodluck Jonathan avait pourtant promis de ramener les lycéennes saines et sauves, en vain. Son successeur, Muhammadu Buhari a fait la même promesse, qui tarde à se réaliser. Deux ans se sont écoulés après cet enlèvement d’au moins 200 lycéennes, et les deux Présidents qui se sont succédé à la tête du Nigeria n’ont rien apporté de concret aux famille qui continuent de pleurer leurs filles enlevées.