Nigeria : Boko Haram revendique la sanglante attaque de Baga

Le groupe terroriste Boko Haram a revendiqué, mardi soir, la sanglante attaque de la ville de Baga, dans le nord du Nigeria, qui a fait plus de 2 000 morts. Selon les organisations de défense des droits de l’Homme il s’agit de l’attaque la plus meurtrière jamais perpétrée par le groupe.

Quand s’arrêtera Boko Haram ? Le groupe terroriste nigerian a revendiqué, mardi 20 janvier 2015 au soir, la sanglante attaque de la ville de Baga, dans le nord du Nigeria. Selon les organisations de défense des droits de l’Homme, il s’agit de l’attaque la plus meurtrière jamais provoquée par le groupe. « Nous avons tué le peuple de Baga. Nous les avons en effet tués, comme notre Dieu nous a demandé de le faire dans Son Livre », a déclaré le chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, dans une vidéo de 35 minutes publiée sur YouTube.

Toutefois, aucune indication n’a permis d’identifier la date ou le lieu de l’enregistrement qui a été diffusé. Cette revendication n’est pas une surprise, puisque juste après la sanglante attaque, de nombreux témoignages recueillis sur les atrocités commises à Baga ont permis de comprendre que c’est Boko Haram qui en était à l’origine.
La procureure de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda, a annoncé, mardi, que ses services « rassemblaient des informations sur l’attaque ».

La riposte contre Boko Haram s’organise

En attendant, la riposte contre Boko Haram s’organise petit à petit en Afrique. Le Nigeria et ses voisins se sont réunis, mardi, à Niamey, la capitale nigérienne, pour trouver un moyen d’unir leurs forces contre Boko Haram, qui menace toute la sous-région. Une coopération militaire a en effet été actée, fin 2014, entre les pays membres de la Commission du bassin du lac Tchad (CBLT), qui comprend le Cameroun, le Niger, le Nigeria et le Tchad. Mais la force régionale, composée de 700 militaires issus de chacun des quatre pays, ainsi que du Bénin, voisin du Nigeria, peine à se concrétiser.

L’objectif de cette réunion à Niamey, à laquelle ont participé treize pays, est de renforcer cette coopération militaire face au groupe terroriste nigérian qui continue de mener des tueries en toute impunité, provoquant le déplacement de milliers de personnes. Boko Haram, qui ne compte en effet pas s’arrêter, a pris le contrôle de vastes territoires du nord-est du Nigeria et multiplie aussi les incursions au Cameroun voisin. Le groupe terroriste nigérian a tué près de 13 000 personnes depuis 2009 et poussé plus de 1,5 million d’individus à se déplacer.