Nigeria : 8 morts dont 7 policiers dans une série d’attaques islamistes

Un raid mené par des dizaines d’islamistes contre un poste de police, un tribunal et une banque de la ville de Gwaram, a entrainé la mort de sept policiers et d’un civil, mercredi.

Boko Haram étendrait-il ses attaques à de nouvelles zones ? Un assaut des islamistes a fait au moins huit morts, mercredi, dans la ville de Gwaram, dans l’Etat du Jigawa. Une localité hors de la zone d’influence habituelle de la secte.

Le raid aurait débuté aux alentours de 01h00, mercredi, alors que plusieurs dizaines d’islamistes ralliaient la localité à bord de motos ou de véhicules vraisemblablement volés. « L’attaque a déclenché une fusillade de plusieurs heures avec nos hommes, mais les terroristes étaient supérieurs en nombre et en armes », a déclaré à l’AFP l’inspecteur général adjoint de la police dans la région, Tamari Yabo.

Au cours de l’assaut, des dizaines d’islamistes armés auraient attaqué un poste de police, un tribunal et une banque. « Nous avons perdu sept policiers. Un civil a aussi été tué », a précisé l’inspecteur à l’AFP.

Ces derniers mois, Boko Haram a multiplié les attaques contre la population. Plusieurs dizaines d’attaques ont ainsi frappé le nord-est du pays, mais la ville de Gwaram avait été épargnée jusqu’à présent. Cependant, il faut noter que l’Etat du Jigawa partage une frontière avec le bastion de Boko Haram, l’Etat de Yobe, placé sous état d’urgence depuis presque un an. Certains islamistes pourraient donc avoir rejoint cette nouvelle partie du territoire nigérian pour tenter de contourner le déploiement des forces de l’ordre.

Les miliciens de la secte mènent une sanglante insurrection armée depuis quatre ans et demi pour tenter d’imposer un Etat islamique dans le nord. Les violences perpétrées par les islamistes ont causé la mort de plus 4 500 personnes depuis 2009, et de plus de 1500 personnes depuis le début de l’année 2014. Une situation qui fait vivre la population dans un climat de terreur.

Le 1er avril dernier, une attaque des islamistes dans la capitale de l’Etat de Borno avait déjà entrainé la mort de 15 civils.