Nigeria : 2 morts dans une explosion dans un camp de déplacés fuyant Boko Haram

Au moins deux personnes ont péri dans un camp de déplacés dans les nord-est du Nigeria, selon les autorités locales. Ces personnes fuyaient les attaques du groupe terroriste Boko Haram.

Le nord du Nigeria toujours ensanglanté. Au moins deux personnes ont péri dans une explosion dans un camp de personnes déplacées, de Malkohi, à Yola, dans le nord-est du Nigeria, selon les services de secours locaux.

« Il y a eu une explosion au camp de déplacés de Malkohi, à Yola, vers 11H00 (10H00 GMT) », a affirmé, ce vendredi 11 septembre 2015, un responsable de la Croix-Rouge, Aliyu Maikano. Le groupe terroriste nigérian serait-il derrière cette explosion ? Il est sans doute trop tôt pour le savoir, d’autant que l’attentat n’a pas encore été revendiqué. Mais Boko Haram, qui n’hésite pas à s’en prendre aussi aux déplacés, pourrait bien être derrière cette explosion.

Depuis 2009, le groupe terroriste nigérian a fait 15 000 morts et plus de 1,5 million de déplacés. Dirigé par le féroce Abubakar Shekau, l’insurrection armée a affirmé avoir pour objectif d’installer une République islamique dans le nord du pays et de déstabiliser le pouvoir central à Abuja. Le groupe commet régulièrement des massacres dans le nord du pays, semant la terreur au sein de la population, sous le regard impuissant des autorités du pays.

Plusieurs troupes africaines dont celles du Tchad, du Niger, du Cameroun prêtent main forte à l’armée nigériane pour vaincre Boko Haram, qui n’hésite pas aussi à recourir régulièrement à des attentats kamikazes pour mener ses attaques. L’organisation terroriste a aussi prouvé sa capacité à se battre sur plusieurs fronts, commettant régulièrement des attentats meurtriers au Tchad mais également dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun.

Le Président Muhammadu Buhari, investi le 29 mai 2015, a promis de faire de la lutte contre Boko Haram sa priorité. Mais nombre d’experts sont unanimes pour affirmer que la solution militaire contre Boko Haram ne suffira pas à vaincre le groupe. Selon eux, le nord du Nigeria, englué dans la pauvreté, longtemps abandonné par l’Etat, doit aussi être développé au même titre que le sud du pays. D’autant que les jeunes désœuvrés du nord, plongés dans le chômage, sont les principales recrues de la secte.