Nigeria : 11 soldats tchadiens tués par Boko Haram

Onze soldats tchadiens ont été abattus et treize blessés, ce mardi matin, dans l’attaque de leur position par l’organisation terroriste Boko Haram, dans une localité de la région du Lac Tchad proche de la frontière tchado-nigériane.

Boko Haram fait de nouveau couler le sang. Cette fois-ci, le groupe armé nigérian n’a pas visé les civils, mais a fait beaucoup de morts du côté des militaires. Au moins onze soldats tchadiens ont été tués et treize blessés, ce mardi matin, dans l’attaque de leur position par des combattants du groupe armé, dans une localité de la région du Lac Tchad, proche de la frontière tchado-nigériane.

L’attaque aurait au lieu précisément à Kaiga Ngouboua, à deux kilomètres de la frontière avec le Nigeria. Une source militaire a également précisé que 17 membres de Boko Haram ont été tués par les soldats, soulignant que les assaillants ont été repoussés et l’armée tchadienne continue le ratissage dans toute la zone. L’armée tchadienne est particulièrement visée par Boko Haram qu’elle combat aux côtés de l’armée nigériane, nigérienne et camerounaise, depuis le début de l’année. Le Président tchadien Idriss Deby a en effet promis de mettre tous les moyens dont disposent son pays pour mettre un terme à Boko Haram.

Une promesse que le chef de l’Etat nigérian Muhammadu Buhari a également faite lors de son investiture, en mai dernier. Il avait en effet promis de faire de la lutte contre Boko Haram sa priorité, mais ses soldats peinent face à la nébuleuse. Le groupe armé, pour le moment, continue de tuer et de semer la terreur dans le nord du Nigeria. D’autant qu’il mène aussi régulièrement des attaques au Tchad, au Niger et dans l’Extrême-Nord du Cameroun.

Depuis 2009, date à laquelle le féroce Abubakar Shekau a pris les rênes de l’insurrection, créée en 2002, Boko Haram a fait plus de 17 000 morts et poussé plus de 2 millions de personnes à se déplacer. Bien que de nombreux observateurs affirment que le groupe est actuellement très affaibli du fait des multiples armées africaines qui sont à ses trousses, une chose est sûre, il n’a pas encore joué toutes ses cartes et reste toujours aussi imprévisible.