Niger : les magistrats exigent une clarification sur l’attaque terroriste de Chinagoder

Plusieurs jours après le massacre du camp militaire de Chinagoder près de la frontière Niger-Mali, qui a engendré la perte de 89 soldats nigériens, Niamey est encore sous le choc. Sur les réseaux sociaux, certaines associations et acteurs de la société civile ont lancé un appel à manifester à l’endroit de la population pour ce jour, vendredi 17 janvier, afin de témoigner un soutien aux forces de sécurité et d’exiger le retrait des groupes militaires étrangers. Mais au-delà de tout ceci, ils souhaitent qu’une enquête judiciaire soit ouverte sur les récentes attaques terroristes.

Au début de la semaine, le Syndicat autonome des magistrats nigériens avait publié un communiqué dans lequel il demande au ministère de la justice de saisir le parquet de la branche judiciaire chargé de la lutte contre le terrorisme afin que la lumière soit faite sur l’attaque terroriste de Chinagoder au cours duquel 89 soldats ont péri. Selon Nourou Aboubacar, secrétaire général du Syndicat, seule une procédure judiciaire permettra de clarifier véritablement les circonstances dans lesquelles le drame s’est produit et d’identifier les individus impliqués dans ces attaques ainsi que les moyens dont ils ont usés.

Le Syndicat souhaite que le ministère nigérien de la Justice, à travers le parquet puisse agir dans ce sens. Avec l’existence du pôle anti-terroriste, la justice devrait rassurer les citoyens nigériens quant au fait qu’ils ont une juridiction à même de faire la lumière sur une situation aussi grave.

Il convient de rappeler que juste après le massacre, le gouvernement nigérien a observé un long moment de silence avant d’annoncer les chiffres officiels qui donnent 89 morts dans le rang des soldats contre 67 chez les terroristes.

On peut d’ailleurs voir la colère des Nigériens à travers leurs réponses au Tweet du Président Mahamadou Issoufou.