Niger : le gouvernement ouvre les lieux de culte et lève le couvre-feu

mosquée d'Agadez Par Dan Lundberg

À l’instar de plusieurs pays africains tels que le Cameroun et le Sénégal, le Niger a décidé d’assouplir les mesures prises il y a quelques semaines pour lutter contre la pandémie du Coronavirus. Le couvre-feu sera désormais levé et les lieux de culte ouverts. Cette décision a été prise dans la soirée du mardi 12 mai 2020.

Depuis fin mars dernier, le gouvernement nigérien a pris une série de mesures strictes pour limiter la propagation de la maladie à Coronavirus dans le pays. A l’occasion de la fête du ramadan, le gouvernement avait déjà pris une première décision d’allègement du couvre-feu qui était initialement prévu entre 19 heures et 06 heures du matin en le ramenant à la tranche horaire allant de 21 heures à 05 heures du matin. Après plusieurs semaines d’expérimentations des mesures prises dans le cadre de la lutte contre la pandémie, les autorités sanitaires ont décidé d’assouplir les règles. Les lieux de cultes seront désormais ouverts sur toute l’étendue du territoire national et le couvre-feu levé à Niamey, capitale du pays.

Cette décision prend effet dès ce mercredi 13 mai 2020. « Le gouvernement, sur proposition des chefs religieux, après consultation du Comité d’experts Covid-19 et au vu de la tendance favorable de l’évolution de la maladie à Covid-19, décide de la réouverture des lieux de culte à compter du mercredi 13 mai 2020 », peut-on entendre dans le communiqué gouvernemental lu sur les ondes de la radio d’Etat et d’autres chaînes publiques.

Une décision qui ne sera peut être pas complétement suivi d’effet si, comme cela a été le cas au Sénégal, l’Eglise catholique demande de son coté à ses fidèles de ne pas fréquenter les lieux de prière considérant que la situation sanitaire n’était pas encore adaptée.

Respect des gestes barrières

C’est pourquoi le gouvernement du Président Mahamadou Issoufou appelle les préfets, les maires et les gouverneurs à veiller à ce que les responsables religieux fassent respecter les gestes barrières à leurs fidèles. Il s’agit notamment de la désinfection totale de tous les lieux de culte, du lavage des mains au gel hydroalcoolique ou au savon par les fidèles, du respect de la distanciation sociale d’un mètre au moins, du port du masque et de l’utilisation individuelle des tapis de prière pour les musulmans.

En outre, le gouvernement est prêt à reconsidérer sa décision en cas de détérioration de la situation épidémique. « En cas de détérioration de la situation en lien avec la réouverture des lieux de cultes, le gouvernement se réserve le droit de reconsidérer cette décision », précise le communiqué gouvernemental.