Niger : la famine trouble la scolarité des enfants

De nombreuses populations fuient l’insécurité alimentaire qui sévit au Niger. Les enfants sont aussi contraints de quitter leur école. Une situation qui compromet sérieusement leur scolarité.

La zone occidentale du Niger durement touchée par la famine. Cette crise alimentaire contraint des familles entières à quitter leur région dans l’espoir de trouver un travail en ville. Une situation qui compromet la scolarité des enfants. Selon les autorités nigériennes, 45 000 enfants ont du abandonner leur établissement scolaire en raison de la famine. Le gouvernement a pris l’initiative d’installer des réfectoires provisoires dans les écoles des régions les plus touchées pour leur permettre de poursuivre leur scolarité.

L’insécurité alimentaire est un véritable fléau dans le pays. Les chiffres sont alarmants. D’après le gouvernement, 7 régions des 8 nigériennes ont dépassé le niveau d’alerte de la malnutrition infantile, rapporte les médias locaux. Le taux de malnutrition alimentaire est de 14 % alors que la limite fixée par l’Unicef est de 15 % pour déclarer l’état d’urgence.

« Beaucoup de familles dépendent de leur ressortissants »

Selon le ministère de l’Agriculture, la sécheresse et les dégâts causés par l’invasion des sauterelles a affecté les récoltes. Au moins 500. 000 tonnes de grains ont manqué cette année, soit 14% des besoins nigériens.

En 2011, « le Niger a connu une baisse de production de près de 30% », selon Mohamed Aly Ag Hamana, de l’ONG Oxfam Niger. Le pays est aussi confronté à un autre problème. Il subi en effet de plein fouet les conséquences de l’effondrement du régime libyen. « Il y a beaucoup de familles au Niger qui dépendent de leurs ressortissants qui sont en Libye et en Côte d’Ivoire », souligne Mohamed Ali Agamahna. « Compte tenu des problèmes de conflit que ces pays ont connu, certains de ces immigrés ont été contraints de revenir sans rien », poursuit-il. « Non seulement ils ne sont plus capables de leur envoyer de l’argent mais ils constituent une charge pour eux ».

Lire aussi :

 La famine aux portes du Sahel