Niger : l’armée affirme avoir tué 260 combattants de Boko Haram

L’armée nigérienne, qui combat Boko Haram aux côté des troupes tchadiennes, a assuré avoir tué 260 combattants de Boko Haram depuis le 6 février.

Les combats font rage entre Boko Haram et l’armée nigérienne. Cette dernière a affirmé, ce jeudi 12 février 2015, avoir tué au moins 260 combattants du groupe terroriste nigérian, depuis le 6 février. Jour où elle a débuté son offensive contre le groupe armé. Le porte-parole des forces de sécurité, le colonel Moustafa Michel Ledru, a même souligné qu’un certain nombre de combattants avaient été arrêtés et que des armements avaient été saisis, sans donner davantage de détails.

Depuis près d’une semaine, Boko Haram a multiplié les attaques contre le Niger, notamment la ville de Diffa, qui a été mise en état de siège. La localité de Bosso n’est pas non plus épargnée par le groupe. Toutes deux sont situées dans le sud nigérien, près du Nigeria. Le Niger a mobilisé au moins 3 000 hommes pour faire face au groupe terroriste nigérian. Ils se battent aux côtés des troupes tchadiennes, qui sont au nombre de 2 000 au moins. Les autorités du Niger semblent désormais bien décidées à prendre le taureau par les cornes, affirmant avoir pris « les mesures nécessaires pour garantir la paix et la sécurité de la population. Nous l’appelons à ne pas céder à la panique ».

De son côté, le Président nigérien Mahamadou Issoufou a appelé les jeunes et la population à ne pas céder face à Boko Haram, assurant que le groupe armé « sera vaincu », lors d’une allocution télévisée. Il tente en effet de rassurer, car Diffa n’a plus de répit. D’autant que deux femmes y se sont fait exploser, ce mercredi, dans un quartier sous contrôle de Boko Haram, rapporte Anadolu Agency.

Selon le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), les incursions des islamistes nigérians ont entraîné l’exode de plusieurs milliers d’habitants de Diffa. La situation humanitaire est donc de plus en plus préoccupante. D’autant que, en plus des réfugiés du Niger, il faut aussi gérer ceux du nord du Nigeria voisin qui fuient en masse les attaques du groupe armé.