Nicolas Sarkozy et l’ami Bolloré

Nicolas Sarkozy est arrivé mardi à Louxor, en Egypte, avec sa nouvelle amie Carla Bruni. Un déplacement qui est à l’origine d’une polémique en France. Car pour la deuxième fois, en l’espace de six mois, un avion appartenant au groupe de l’homme d’affaires Vincent Bolloré a été prêté au président français pour une escapade.

Exit l’univers féérique de Disney pour un monde pharaonique. C’est main dans la main que le président français Nicolas Sarkozy et son actuelle amie, Carla Bruni sont arrivés mardi au Old Winter Palace, un hôtel cinq étoiles de Louxor, en Egypte pour les vacances de Nöel du chef de l’Etat. Une arrivée qui sera en définitive moins remarquée que le départ qui s’est effectué à bord d’un Falcon 900X, propriété du groupe dirigé par son ami, l’homme d’affaires français Vincent Bolloré. Le businessman avait déjà mis, au lendemain de la présidentielle, ce même avion et son yacht à la disposition du tout nouveau président français parti en villégiature sur l’île de Malte.

Cette accointance affichée du président avec les milieux d’affaires avait alors créé la polémique, une polémique qui ressurgit aujourd’hui. « Je regrette de devoir m’interroger sur les contreparties que M. Bolloré, homme d’affaires rusé, est en droit d’attendre de la République, a déclaré mardi Arnaud Montebourg, le député socialiste de Saône-et-Loire sur les ondes de France-Inter, car dès lors que le président de la République se met en situation de dépendre des faveurs des milliardaires, il y a forcément des contreparties et nous nous interrogeons : lesquelles ? ».

Un Falcon contre quoi ?

Le camp présidentiel est tout de suite monté au créneau par la voix de Luc Chatel, secrétaire d’Etat au Tourisme et à la Consommation. « Je comprends mal cette polémique que je sens poindre, a-t-il affirmé sur la radio Europe 1. Le président a montré son engagement au service des Français. Il montre tous les jours son engagement, il a aussi droit à une vie privée, le droit de prendre quelques jours de repos ». Des vacances sous haute sécurité et un programme culturel concocté par le ministre égyptien de la Culture Farouk Hosni en personne. Selon Le Figaro.fr,
sa candidature au poste de secrétaire général de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) devrait être soutenue par la France.

Après Louxor, le président français se rendra à Charm el-Cheikh, cité balnéaire située sur les bords de la Mer Rouge. Puis Nicolas Sarkozy, rejoint entretemps par Bernard Kouchner, le ministre des Affaires étrangères, entamera une visite officielle en Egypte à partir du 30 décembre. Le Chef de l’Etat sera de retour en France le 31 pour présenter ses vœux aux Français qui estiment, à 45%, selon un sondage CSA pour Le ParisienAujourd’hui en France publié le 21 décembre, qu’il expose trop sa vie privée.