Netstalgie d’Algérie

Les nostalgiques de l’Algérie explorent leur mémoire sur le web. Ce qui donne vie à des sites émouvants et enrichissants.

Des sites différents et pourtant singulièrement proches. Tous ont en commun le fait de célébrer l’Algérie perdue, celle des années 50, voire du début du siècle. Tous ont en commun de rechercher le contact avec d’autres internautes et de mettre en relief des noms, des lieux, qui sont autant de signes de reconnaissance. Oran ou Alger : deux villes qui ont marqué à jamais ceux qui y ont vécu et qui, expatriés et souvent malheureux, racontent.

Oran des années cinquante est un site très bien présenté, avec peu de texte mais beaucoup de photos et de plans d’époque. L’auteur y met également ses vieilles photos de classe… et les internautes sont au rendez-vous. Atchouel a reconnu son père, Virginie a découvert le lieu de naissance du sien.

Retrouvez la ville d’Oran entre 1946 et 1958 à travers les souvenirs d’un  » pied-gris « . Pour trouver la définition de  » pied-gris  » rendez-vous sur ce site fort sympathique, illustré de très belles photos, créé par un retraité nostalgique, resté oranais de coeur et d’esprit.

Là-bas, mon pays

Quant à Alexandre Faulx, il nous présente son site comme un carnet intime. Il égrène ses souvenirs d’enfant à Alger la Blanche pour lui-même, mais surtout pour ses enfants et amis. Il nous montre des photos provenant de sa bibliothèque personnelle ou envoyés par des internautes. Un site accueillant, riche et touchant.

Si vous avez fréquenté les bancs de l’école Volta d’Alger, vous trouverez sur le site de l’établissement le moyen de vous mettre en relation avec d’autres anciens élèves. Les internautes y échangent des souvenirs émouvants où les noyaux d’abricots remplacent les madeleines. On y trouve également de très belles photos d’Alger vue du ciel.

Enfin pour les collectionneurs de cartes postales anciennes d’Alger, vous trouverez votre bonheur sur le site Vieil Alger qui vous propose en outre un historique complet de la ville remontant au XVIème siècle.