Nayanka.com : créations joaillières aux saveurs africaines

Bijouterie en ligne, Nayanka.com offre aux femmes l’occasion de voyager à travers toutes ses créations d’inspiration africaines. Lancé le 2 avril dernier, le site est l’expression d’une volonté de partage et un gage d’originalité. Interview d’Hervé Allagbé, créateur de cette boutique virtuelle.

Mode et originalité, voyage et élégance : voici le cocktail que propose la bijouterie en ligne, Nayanka.com. Les créations, d’inspiration africaine, sont proposées depuis le 2 avril dernier dans ce tout nouveau magasin virtuel que nous avons décidé de vous faire découvrir. Hervé Allagbé, le créateur béninois à l’origine de l’initiative, nous explique les fondements de son concept et le parti pris affiché du tout Internet.

Afrik.com : Pourquoi avez-vous décidé de développer Nayanka uniquement en ligne ?

Hervé Allagbé :
Avant tout pour une question d’égalité et de justice. Nos créations sont accessibles par tout le monde. Je trouve qu’il serait dommage de priver les femmes de nos bijoux parce qu’elles n’habitent pas à proximité d’un point de vente ou d’une boutique.

Afrik.com : N’y a-t-il pas également une question de coût dans votre choix du tout Internet ?

Hervé Allagbé :
Pas tant que ça. C’est sûr que le risque est un peu limité, parce qu’avec une boutique en ligne on n’a pas à payer de loyer. Mais le coût de départ de l’activité en ligne est loin d’être négligeable. Parce qu’il faut bâtir tout un site et tout un réseau de distribution derrière. Et puis il y a tout un travail de communication spécifique à faire derrière qu’on n’est pas obligé de faire quand on a un magasin.

Afrik.com : De quand date l’initiative ?

Hervé Allagbé :
Elle date d’un an environ. Au départ nous voulions proposer des vêtements en ligne. Mais nous nous sommes rendus compte que la vente de vêtements par correspondance allait être difficile à gérer par rapport aux retours. Car une femme qui commande des habits par correspondance n’a pas eu le loisir d’essayer ce qu’elle a acheté. Il peut facilement arriver que le vêtement ne lui aille pas. Nous avons eu peur d’avoir à gérer trop de services clients, raison pour laquelle nous avons décidé de nous concentrer sur les bijoux. Ce qui nous convient très bien. Et cela laisse la même place à la création.

Afrik.com : Où sont faits les bijoux proposés sur Nayanka ?

Hervé Allagbé :
Les bijoux sont fabriqués dans différents pays africains, comme Madagascar, le Sénégal, le Kenya. Nous voyageons et nous nous inspirons des lieux que nous visitons. Car nous voulons aussi vendre de l’exotisme et du voyage. Les gens peuvent très bien voyager ne serait qu’à travers un bijou. Si nous ne les fabriquons pas, c’est nous en revanche qui les dessinons. Nous sommes trois créateurs africains à les conceptualiser. On espère ainsi faire le tour de l’Afrique pour proposer une plus grande variété de bijoux.

Afrik.com : Ceux qui ont voyagé en Afrique pourraient vous dire qu’on y achète là-bas des colliers pour une bouchée de pain et que Nayanka instaure une sorte de commerce inéquitable en les vendant X fois plus chers. Que répondriez-vous à ce type de remarque ?

Hervé Allagbé :
Tout le monde n’a d’abord pas forcément l’occasion d’aller en Afrique. Mais ce qu’il faut bien comprendre, c’est que nous faisons avant tout de la création. Ce n’est pas comme si nous allions sur un marché en Afrique pour acheter pêle-mêle des choses pour les revendre en France. Nous ne faisons pas de la revente. Nos bijoux ne sont pas de simples marchandises, ils revêtent toute une dimension artistique liée au travail de création. Donc nous ne sommes pas du tout dans un créneau de commerce équitable ou autre. Ceci dit, je n’ai eu aucune critique par rapport aux prix de nos créations de la part de nos clientes ou des personnes qui ont visité la boutique en ligne.

Afrik.com : Avez-vous des objectifs financiers de rentabilité ?

Hervé Allagbé :
Le plus difficile était de mettre les choses en place. Nous ne sommes pas dos au mur par rapport à de quelconques objectifs de rentabilité. Nous pouvons, dès lors, nous concentrer sur la création et observer sereinement comment les choses avancent.

Afrik.com : Peut-on commander des pièces uniques chez Nayanka ?

Hervé Allagbé :
Nous avons déjà le cas de clientes qui nous demandent des pièces uniques. Il suffit de nous écrire sur le site pour nous faire part de telle ou telle demande spécifique et nous y répondrons sans problème en concertation avec le client.

Afrik.com : Quel est le profil de votre clientèle ?

Hervé Allagbé :
Pour l’instant, nos clientes sont essentiellement des femmes africaines ou d’origine africaine. Et elles se tournent principalement vers les perlières (Nayanka propose deux types de créations : « les perlières » et « les ethniques », ndlr).

Afrik.com : Les prix affichés sur le site comprennent-ils les frais d’expédition ?

Hervé Allagbé :
Les frais d’envoi sont gratuits.

 Pour visiter le site Nayanka.com