Nacer Meddah est le nouveau préfet de l’Aube

Nacer Meddah est le nouveau préfet de l’Aube. Sa nomination a été annoncée au Conseil des ministres du 19 juillet dernier. Après Aïssa Dermouche, l’ancien fonctionnaire de la Cour des comptes, qui devrait prendre ses fonctions le 28 août prochain, sera le deuxième préfet de France issu de l’immigration.

Nacer Meddah, conseiller référendaire de 2è classe à la Cour des comptes, a été nommé préfet de l’Aube lors du conseil des ministres du mercredi 19 juillet. Il devient ainsi, après Aïssa Dermouche, nommé en janvier 2004 dans le Jura, le deuxième préfet de France « issu de l’immigration ». Philippe Séguin, le premier président de la Cour des comptes, dont M. Meddah était jusqu’ici l’un des deux secrétaires généraux adjoints, aurait enfin consenti à se séparer de son collaborateur qu’il estime être, selon Le Monde, «un homme remarquable et un très grand fonctionnaire ». Nacer Meddah est donc l’homme du consensus, celui trouvé par le Président Jacques Chirac, M Seguin et le ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy. Le nouveau préfet de l’Aube devrait officiellement prendre ses fonctions le 28 août prochain.

«Un homme remarquable et un très grand fonctionnaire »

Nacer Meddah est né le 19 août 1959 à Saint-Laurent-Blangy (Pas-de-Calais) de parents algériens. Ces derniers quittent leur pays dans les années 1950 et s’installent dans le Nord de la France. Les trois enfants de la famille Meddah seront élevés par leur mère devenue, entre temps, veuve. La majeure partie de la carrière de Nacer Meddah, au sein de l’administration publique, se déroule à la direction du Trésor. Il intègre cette administration en 1987 en tant qu’attaché d’administration centrale au service des participations et des financements. Ce spécialiste des questions financières et monétaires ne lui est véritablement infidèle que de 1990 à 1993, période pendant laquelle le haut fonctionnaire est le conseiller technique d’Elisabeth Guigou, alors ministre déléguée aux Affaires européennes. Son dernier poste au Trésor, avant qu’il ne rejoigne la Cour des comptes en 2002, sera celui de Chef du bureau des Affaires européennes

La nomination de Nacer Meddah sonne comme une deuxième chance que s’offre la République après les vives tensions qui ont précédé et entouré celle du préfet Dermouche. Alors que le ministre de l’Intérieur, en novembre 2003, se prononçait pendant un débat télévisé sur la deuxième chaîne française, pour la nomination d’un « préfet musulman », Jacques Chirac rappelait, quelques semaines plus tard, à son ministre que de telles mesures ne pouvaient s’appuyer que «sur la juste reconnaissance du mérite quelles que soient les origines de la personne concernée». La tension ira en s’accroissant avec le double attentat, directement lié à sa fonction, dont sera victime le nouveau préfet du Jura. Aujourd’hui, les querelles du passé semblent avoir été reléguées aux oubliettes pour accueillir, avec une certaine discrétion, le futur représentant de l’Etat dans l’Aube, Nacer Meddah. Et pour rappeler que le mérite est une des valeurs chères à la République.