N’Djaména-Hebdo : NETtement d’opposition

N’Djaména-Hebdo se lance sur le Net. Il est l’unique journal tchadien à investir la toile. Avec des moyens limités. Le contenu prime sur le contenant. Les journalistes sont des web artisans de l’info. Le mérite n’est que plus grand.

N’Djaména-Hebdo se veut un journal d’informations. Et d’opposition. Au pays d’Idriss Deby, il ne fait pas bon d’être journaliste indépendant. Encore moins d’opposition. Pour se prémunir contre toute saisie ou interdiction de paraître, N’Djaména-Hebdo s’aventure sur Internet. Petits moyens pour un grand combat.

Le site du journal est, avant tout, une source d’informations, un espace de liberté. Le journal paie très cher sa liberté de ton. Le directeur de publication, Yaldet Bégoto Oulatar, a été arrêté la semaine dernière puis libéré pour être jugé lundi prochain.  » La liberté d’opinion a besoin de débats contradictoires. La liberté de la presse et la démocratie sont un combat au quotidien « ,

affirme-t-il.

Un scanner pour l’information

Le site du journal n’a pas beaucoup de moyens. Mais cela n’enlève rien à la pertinence de ses informations. Les articles sont découpés aux ciseaux puis scannés (numérisés) avant d’être mis en ligne directement. C’est, en quelque sorte, un journal imprimé en ligne. Des artisans du Net. Quelquefois, une bonne loupe n’est pas de trop.

Les éditos sont corrosifs, au vitriol. Sans complaisance. Les enquêtes économiques et sociales mettent à nu les discours lénifiants du pouvoir. Enfin un journal tchadien d’informations. Bienvenue sur le Net. Et longue vie !

Lisez aussi notre interview de Yaldet Bégoto Oulatar.