Mustapha Mellouk, la culture de l’image

Streamedia est la première société marocaine à s’être lancée dans la diffusion de  » live  » sur Internet. Mais ce n’est qu’une des facettes de cette entreprise, lancée en 2000 par Mustapha Mellouk, qui poursuit son irrésistible ascension.

Mustapha Mellouk a passé 8 ans à porter le projet 2M, la chaîne de télévision marocaine. De son lancement à son développement en passant par sa mise en place, il a accompagné toutes les étapes. En charge des programmes de la chaîne de 1992 à 2000, il s’est installé à cette date au Technopark de Casablanca, à l’entrée de la ville. Avec son nouveau bébé, Streamedia. A 38 ans, Mustapha Mellouk ne compte pas s’arrêter en si bon chemin et a des projets plein la tête. Toujours dans le domaine de l’image bien sûr.

Afrik.com : Vous avez monté votre structure en 2000…

Mustapha Mellouk : Oui, Media Com est née avec pour objectif de chapeauter un certain nombre de projets et de développer la production audiovisuelle. J’ai ensuite créé une filiale, Broadcast Production, qui intervient dans la réalisation et la production de documentaires ainsi que la coproduction de festivals (comme le prestigieux Festival de Fès, ndlr) pour des groupes privés nationaux et internationaux. Nous assurons le suivi de toutes les phases.

Afrik.com : Et Streamedia ?

Mustapha Mellouk : Avec Streamedia, nous avons quatre points d’activité. Le pôle communication, avec notamment la diffusion de spectacles  » live  » sur Internet. Nous sommes la première société à avoir développé cela au Maroc. Aujourd’hui, nous représentons une référence dans le domaine. Ensuite, nous accompagnons de grands groupes dans leur politique de e-business. Nous lançons leurs produits. C’est toujours l’image qui est le vecteur de la communication. Nous faisons aussi du e-learning, de la formation à distance. Nous lançons des cd-rom, des DVD et nous avons un partenariat avec l’Université El Akhawayn (université anglophone au Maroc, ndlr). Enfin, à travers notre partie communication, nous sommes sollicités par des agences de pub. Certains clients préfèrent ensuite travailler directement avec nous car nous traitons des problématiques générales : politiques, économiques, sociales… Nous avons mis en place des actions de communication à travers le web pour les ministères du Tourisme ou des PME-PMI. Pour le prochain Sirh de Marrakech (Symposium international des ressources humaines, du 19 au 21 juin 2002), nous organisation une production : film et show.

Afrik.com : Pourquoi vous être tourné vers le multimédia ?

Mustapha Mellouk : J’ai intégré mon métier de base lorsque j’étais à la télévision à l’Internet. D’abord parce que j’aime qu’on me retrouve là où l’on ne m’attend pas. Ensuite parce que l’activité de développement dans les nouvelles technologies est complémentaire de mon expérience à la télévision. C’est la convergence des systèmes, des modes de diffusion, de la postproduction. Grâce au multimédia, nous avons à portée de main d’excellents outils de compilation d’informations. Nous faisons appel à des journalistes, des monteurs, des réalisateurs : ce sont les mêmes métiers qu’à la télévision mais les besoins sont plus éclatés. Il n’y a que deux chaînes de télé au Maroc, il est donc essentiel de créer de nouveaux marchés, de nouvelles structures.

Afrik.com : Combien de personnes travaillent avec vous ?

Mustapha Mellouk : L’entreprise a débuté en 2000 avec une seule personne… Aujourd’hui, nous sommes treize mais le chiffre peut monter jusqu’à quarante pour certains événements importants ou missions précises.

Afrik.com : Quel est l’avenir proche de Streamedia ?

Mustapha Mellouk : Nous avons des projets plein la tête et le coeur, des ambitions aussi comme institutionnaliser notre activité. Nous allons procéder à un appel à capitalisation avec des partenaires précis. Il y a notamment des possibilités à développer avec l’Algérie. C’est un pays avec lequel j’ai d’excellents contacts. Il y a les opportunités et aussi l’envie de faire des choses avec notre voisin.

Afrik.com : Vous avez fait vos études en France…

Mustapha Mellouk : Oui, à l’Institut d’administration des entreprises de Lyon. La France, c’est aussi mon pays. La région méditerranéenne, dont fait partie le Maroc, est très sensible à ce qui se passe en France. Mes rapports avec les Français sont basés sur le respect et la complicité. Au Maroc, nous sommes toujours tentés par l’influence américaine. Moi, je suis fier d’être pro-français. Les Etats-Unis n’ont pas cette profondeur, cette histoire, cette culture.