Musique : Tim Winsé ou la tradition revisitée

tim2.jpg

Du nouveau avec de l’ancien. Tim Winsé ravive la tradition pour une éclatante leçon de style. L’artiste burkinabé a ciselé le wassamana de son village natal pour le transformer en un courant musical résolument contemporain, plein d’énergie et de caractère. Un remarquable travail de recherche et de création consigné dans un premier album, Zessa, dont il nous fait partager la philosophie artistique. Interview.

Wassamana ? Si les la plupart des Burkinabé ignoraient ce mot, ils ont depuis appris à le connaître et à danser sur ces rythmes traditionnels réorchestrés par Tim Winsé. L’artiste multi instrumentiste construit, à travers ce style issu de l’ethnie samo, un courant musical original en y mêlant habilement de nombreuses influences extérieures. Son album Zessa témoigne d’une fusion puissante et réussie qu’il nous explique ici. Découverte.

Afrik.com : Comment expliqueriez-vous votre style, le wassamana ?

Tim Winsé :
Le mot wassamana signifie : « Soulevez le pied au rythme du tam-tam ». C’est, à la base, une danse traditionnelle samo (ethnie burkinabè, ndlr), mais on peut considérer le wassamana comme un courant musical puisque la danse repose sur des rythmes spécifiques. Mais je m’inscris dans une nouvelle démarche. On peut parler en ce sens de nouvelle conception musicale, qui part d’une base traditionnelle et qui s’enrichit de multiples influences : celles des autres rythmes du Burkina (il y a plus de 70 ethnies dans le pays et chacune a ses rythmes), mais aussi celles d’autres courants, comme le jazz.

Afrik.com : Une base traditionnelle signifie-t-elle pour vous une utilisation d’instruments traditionnels spécifiques ?

Tim Winsé :
J’essaie de valoriser les instruments traditionnels, comme l’arc à bouche, le lolo, dont je joue et qui avait tendance à disparaître. Le groupe utilise également la kora, la tama (tambour d’aiselle, ndlr) et les tambours d’eau.

Afrik.com : Le wassamana est une musique pour bouger ou à écouter ?

Tim Winsé :
Les deux sont indissociables, mais il est vrai qu’elle est plutôt dansante, puisque le wassamana est une danse. Mais je peux aussi composer des morceaux qui s’écoutent.

Afrik.com : Comment le wassamana a-t-il été perçu par les Burkinabès ?

Tim Winsé :
Il a été bien reçu par le public. Il était un peu surpris de voir qu’il y avait encore des jeunes qui font des recherches de sonorités. Des jeunes qui vont au plus profond de la tradition pour puiser leur inspiration afin de faire une musique moderne. C’est une véritable création que les gens ont découverte et appréciée. Je ne suis pas le seul à avoir fait ce type de démarche. Bien avant nous, il y avait des grands frères qui avaient ouvert la voie, comme George Ouédraogo, qui a transposé le warba – une danse de village mossi qui se joue avec des tam-tams – en l’adaptant avec des guitares. Et ça a cartonné en boîte.

Afrik.com : Et comment ont réagi les gens du village ? Ne vous a-t-on pas accusé de pervertir la tradition ?

Tim Winsé :
Pas du tout. La réaction a été positive. Les gens ont compris que cette musique était une création et que l’on pouvait moderniser la tradition. C’est aussi, pour eux, une source de fierté.

Afrik.com : Vous écrivez essentiellement en langue samo. Le fait que tout le monde ne puisse pas comprendre vos textes est-il un frein pour apprécier votre musique ?

Tim Winsé :
Pas du tout, car la musique n’est pas seulement parole. Elle est aussi rythme et émotion. Plein de choses qui peuvent parler directement à l’âme. Tu n’as pas besoin de comprendre les paroles d’une musique pour l’apprécier. Mais l’idée n’est pas de me cantonner au samo. Je peux écrire en moré (ethnie majoritaire au Burkina), en dioula, en français et même en anglais. Le prochain album sera plus ouvert à ce niveau-là.

Afrik.com : Que racontent vos textes ?

Tim Winsé :
L’album raconte l’aventure d’un musicien à la recherche de sons et de voyage. Un voyage du corps mais aussi de l’esprit.

Afrik.com : Comment élaborez-vous votre musique ?

Tim Winsé :
L’inspiration est naturelle. C’est une forme de sensation. Je m’inspire de ce que j’ai vécu, de ce que j’ai vu et de tout ce qui m’entoure. Je commence par écrire mon texte, j’essaie de le chanter. Ensuite, je l’adapte, soit avec l’arc à bouche, soit avec la kora. Quand je retrouve mes musiciens, je leur propose les rythmes. Le batteur essaie de les jouer. Je donne les accompagnements avec la bouche au guitariste. Le pianiste et le bassiste essaient ensuite de trouver leur place dans l’ensemble. Et nous arrivons, petit à petit, à construire notre musique.

Afrik.com : Etes-vous satisfait du résultat de votre premier album ?

Tim Winsé :
L’essentiel a été trouvé, mais je ne suis pas encore tout à fait satisfait du résultat. Au fil du temps, quand j’écoute l’album, je sens qu’il y a des choses à améliorer. Cet album est une première expérience. Il s’agit pour moi de ma première carte de visite en tant qu’artiste et compositeur.

 Tim Winsé et le wassamana, Zessa, production Kaba Kaba Network, distribution Seydoni Productions (Burkina), 2004.

 Management : Ayoko Mensah 0(0 33) 6 63 21 08 60.

kabakaba@voila.fr

TIM WINSE
tim2.jpg tim3.jpg borroextrait.mp3 tarpin.mp3 DOSSIER_DE_PRESSE_TIM_WINSE.doc
La pochette de l’album Tim Winsé dans les bureaux d’Afrik En écoute, le morceau « Borro », extrait de l’album Zessa En écoute, le morceau « Tanpin », extrait de l’album Zessa Le dossier de presse

 Photos droits réservés. Copyright Antoine Tempé.