Municipales 2008 : Rachida Dati menacée par la dissidence ?

La ministre française de la Justice, Rachida Dati, fait l’objet de vives critiques à droite, dans sa course pour la conquête de la Mairie du 7ème arrondissement. Ses opposants lui reprochent d’avoir été « parachutée » par l’Elysée. Alors qu’une liste divers droite fait déjà campagne en se présentant comme l’alternative « anti-parachutage », le premier adjoint au maire Christian Le Roux (UMP) a menacé, cette semaine, de créer sa propre liste.

Sans doute encouragé par le parachutage raté de David Martinon à Neuilly-sur-Seine, le 1er adjoint au maire du 7ème arrondissement de Paris a laissé entendre en début de semaine qu’il pourrait s’opposer à la candidature de Rachida Dati. Il s’est finalement rétracté aujourd’hui. La candidate aux municipales, parachutée par l’Elysée, échappe ainsi en partie à la vague de dissidence qui touche de nombreuses listes UMP à moins d’un mois des élections municipales.

La Garde des Sceaux, Rachida Dati, candidate officielle de l’UMP (Union pour un mouvement populaire) aux élections municipales dans le 7ème arrondissement de Paris, a échappé de peu à la vague des listes dissidentes de droite. La plus spectaculaire : le retrait, ce week-end, de la candidature de David Martinon, pourtant parachuté par l’Elysée à Neuilly-sur-Seine. En position de faiblesse face à la liste de droite de Jean-Christophe Fromentin, et désavoué par le Président de la République, par l’intermédiaire de son fils, Jean Sarkozy, le porte-parole de l’Elysée a décidé de se retirer de la course électorale.

Le premier adjoint UMP au maire du 7ème arrondissement de Paris, Christian Le Roux, a-t-il tenté de surfer sur ces événements pour jouer une carte personnelle ? S’il n’a jamais affirmé avoir l’intention de créer sa propre liste, du moins a-t-il laissé entendre, mardi dernier, qu’il pouvait lui aussi entrer dans le camp de la dissidence. « Depuis 48 heures, je fais l’objet de nombreuses sollicitations sérieuses ou farfelues qui méritent réflexion », écrivait-t-il dans son blog. Rachida Dati, elle aussi, parachutée par l’Elysée, n’a pas fait de place à Christian Le Roux dans sa liste électorale.

Revirement brutal

Aux électeurs qui se demandent pourquoi il ne figure pas sur cette liste, le premier adjoint affirmait sans donner plus de précision « le regretter», ajoutant que « des considérations mesquines loin de l’intérêt général sont à l’origine de cette situation surprenante. »
Invité du journal d’Europe 1 ce matin, il rappelait ses positions et insistait notamment sur le mécontentement et l’incompréhension des électeurs du 7ème arrondissement quant à la candidature de la ministre de la Justice. Et il laissait entendre qu’il pourrait facilement rassembler les signatures nécessaires pour créer sa propre liste.

Cet après-midi, Christian Le Roux dément. Il refuse de s’exprimer sur le sujet et renvoie à la publication d’un nouveau message sur son blog : « Je veux mettre un terme aux rumeurs qui circulent sur mon nom. Je ne suis pas un dissident et ne souhaite pas le devenir. Rachida Dati est la candidate investie par mon parti, je l’ai soutenu depuis le début, je continue aujourd’hui à le faire. Ceci étant je regrette toujours de ne pas être candidat à ses côtés. Je suis un homme libre prêt à continuer à l’aider sur les critiques et les soutiens formulés sur ses projets. Je reste à sa disposition avec comme seul objectif l’intérêt des habitants de l’arrondissement. » Il ne serait pas surprenant qu’un rappel à l’ordre des ténors de l’UMP soit à l’origine de ce revirement.

La candidate de l’Elysée sera néanmoins confrontée à droite à la liste dissidente d’un autre candidat, Olivier Bidou. Il a déjà déposée une liste « anti-parachutage » (Divers droite) pour contrer la candidature de la ministre de la Justice. Ce membre du Parti Radical compte rassembler les électeurs qui auraient voulu soutenir le maire sortant Michel Dumont lui aussi UMP. La bataille du 7ème arrondissement s’annonce terrible.