Mozambique : Le cyclone Favio sème la désolation

Le cyclone Favio qui s’est abattu jeudi sur la province d’Inhambane, au centre du Mozambique, a tout ravagé sur son passage. Il se dirige à présent vers Beira, la deuxième ville du pays.

Ce cyclone tropical de catégorie quatre a touché la ville côtière de Vilanculos, une destination très prisée des touristes. Favio a arraché les toits des maisons, déraciner des arbres et endommagé des fils électriques, privant toute la ville d’électricité.

« Dévastation : c’est le seul mot qui convient pour décrire la situation », a indiqué Cally Donaldson, gérant d’un complexe touristique situé à trois kilomètres de la ville principale.

Les signes avant-coureurs de l’arrivée de Favio ont été ressentis tôt ce matin « car dès 9 heures nous avons commencé à perdre les toits des maisons et cela continue encore. Le vent souffle très fort et une pluie battante tombe sans discontinuer sur la ville », a ajouté M. Donaldson.

En début de soirée, Favio était devenu un cyclone de force 3, avec des vents soufflant à une vitesse pouvant atteindre 204 km/h. Toutefois, cette vitesse pourrait descendre à 16 km/h au fur et à mesure que le cyclone se déplace à l’intérieur des terres.

« La situation est catastrophique à Vilanculos, mais le cyclone se dirige à présent vers Beira où ses premiers effets commenceront bientôt se faire ressentir », a affirmé Manuel Max, chargé d’information de l’Institut national de gestion des catastrophes (INGC) du Mozambique.

Les pluies torrentielles qui ont accompagné la tempête ont fait craindre de nouvelles inondations dans la vallée du Zambezi où près de 120 000 Mozambicains ont déjà abandonné leurs maisons. Mais selon Manuel, l’INGC avait prévu que le cyclone Favio se dirigerait vers l’ouest, épargnant ainsi les régions dévastées par les inondations. « Nous suivons minutieusement sa trajectoire », a-t-il aouté.

Madagascar durement touchée également

Les effets de Favio ont déjà été ressentis à Madagascar après son passage mardi dans la pointe sud de l’île de l’océan Indien, où il a perturbé les opérations des agences humanitaires qui tentent de venir en aide aux 582 000 personnes victimes de la sécheresse qui frappe le sud de l’île. Le cyclone a également provoqué des inondations qui ont fait au moins trois morts et près de 33 000 déplacés dans le pays.

Selon Gianluca Ferrera, directeur adjoint du PAM à Madagascar, les pluies torrentielles qui ont accompagné la tempête ont rendu impraticables les routes menant aux régions du sud-est de l’île.

Madagascar traverse actuellement une « saison cyclonique », et Gamede, le prochain cyclone devrait toucher la côte est de l’île dès la semaine prochaine. Six cyclones se sont déjà abattus sur l’île, dont les plus dévastateurs ont été ‘Bondo’, fin décembre 2006, et ‘Clovis’, en janvier.

Le gouvernement malgache a déclaré un état d’urgence national et lancé un appel à l’aide internationale pour un montant de 243 millions de dollars américains destinés essentiellement à la reconstruction des infrastructures et la réhabilitation de l’agriculture.