Mouammar Kadhafi : la Libye et l’Europe entretiennent désormais des « relations amicales »

La Libye a tourné la page de « la confrontation », notamment avec l’Europe, a indiqué le président libyen Mouammar Khadafi, lors d’un entretien accordé ce mardi à la chaîne de télévision française France 2. « Le monde a changé » et la Libye ne fait que suivre le mouvement, selon le « guide de la révolution libyenne ».

Le chef de l’Etat libyen Mouammar Kadhafi reconnaît que sa visite officielle en France marque une nouvelle étape dans les relations entre la Libye et l’Occident, dans un entretien diffusé, ce mardi soir, par la télévision française France 2. « Nous sortons d’une période (…) de libération nationale un peu partout dans le monde » à laquelle la Libye a participé en soutenant, selon « le guide de la révolution libyenne », des pays qui réclamaient son aide pour en finir avec la colonisation et mener « des actions de libération ». Comme l’Afrique du Sud en proie à la ségrégation raciale. « Cette confrontation est finie, avec succès », a–t-il déclaré. La Libye et les pays européens entretiennent maintenant « des relations d’égal à égal », « des relations amicales ». Interrogé sur le nouveau visage de la Libye dans les relations internationales, Mouammar Kadhafi a indiqué que « le monde (avait) changé ». La Libye ne compte pas rester sur « une position rétrograde », a-t-il poursuivi.

Sur la question des droits de l’Homme que Nicolas Sarkozy affirme avoir évoqué avec lui, lundi, le dirigeant libyen a confié à David Pujadas, le journaliste de France 2, que « ces sujets » n’avaient pas faits l’objet de discussions entre lui et son homologue français. La question des droits de l’Homme ne se poserait pas d’ailleurs dans son pays car « les libyens n’élisent pas leurs dirigeants, ils se dirigent eux-mêmes ». La Libye ne compte pas non plus dans ses geôles des « prisonniers politiques», mais des « terroristes ».

« La Libye n’a jamais commis d’acte terroriste »

Concernant sa sortie, à Lisbonne, sur le terrorisme qu’il considérait comme être le recours des pays pauvres, Mouammar Kadhafi a indiqué que ses déclarations avaient été dénaturées. De même, il a souligné que l’Etat libyen ne pouvait être qualifié d’Etat terroriste, en revenant sur les attentats de Lockerbie et ceux perpétrés contre le DC 10 d’UTA. Des attentats qui n’auraient pas été commis par l’Etat libyen. « Il ne faut pas confondre individus et Etat, a-t-il plaidé ». « La Libye n’a jamais commis d’acte terroriste ». Dans le cas de l’attentat de Lockerbie, « toutes les décisions de justice ont été prises par contumace (…) et les juges ont démissionné par la suite ». Mouammar Kadhafi a également indiqué qu’il n’était pas « au courant » de la controverse soulevée par sa visite officielle en France tant son emploi du temps était chargé. Au contraire, il note avoir été accueilli avec « chaleur par le peuple français ».

Le « guide la révolution libyenne », dont la visite s’achèvera samedi prochain, a rencontré ce mardi après-midi les membres de la communauté africaine au siège de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) où il a prononcé un discours.