Mort d’un jeune Noir, colère d’Obama : la police de Chicago décapitée

Garry McCarthy, patron de la police de Chicago a été limogé, ce mardi, suite aux violentes manifestations de ces derniers jours, après la mort d’un jeune Noir tué de 16 balles par la police de cette localité.

Une tête est tombée après les violences qui ont émaillé Chicago où la population, notamment afro-américaine, a toujours du mal à avaler la mort d’un jeune Noir, abattu de 16 balles par un policier blanc. Les autorités espèrent que ce limogeage va calmer la tension à Chicago. Garry McCarthy est soupçonné d’avoir couvert ses hommes qui ont tenté de cacher la vérité sur cette affaire.

Le chef de la police de Chicago a été limogé, ce mardi 1er décembre 2015, par le maire Rahm Emanuel, ancien conseiller de Barack Obama. Conséquence directe des violentes manifestations de ces derniers jours qui ont suivi la diffusion d’une vidéo montrant un policier blanc tirer à 16 reprises sur un adolescent noir, Laquan McDonald, alors que ce dernier était sur le sol. Les faits remontent à octobre 2014.

La diffusion de la vidéo montrant les circonstances de la mort du jeune McDonald, outre le fait d’avoir ému et choqué le monde entier, notamment en Côte d’Ivoire et au Sénégal, a fait descendre des milliers de personnes dans la rue, aux Etats-Unis. Et malgré l’inculpation pour meurtre du policier qui a tiré sur le jeune homme à terre, malgré l’annonce d’un audit sur les pratiques de la police, la situation reste tendue. Même la sortie du Président américain, Barack Obama, qui s’est dit « choqué » par les images du crime, la tension n’est pas descendue.

Sauf que Chicago, comme l’a si bien dit la correspondante de RFI à Washington, Anne-Marie Capomaccio, n’est ni Ferguson, encore moins Baltimore. C’est la ville de Barack Hussein Obama, une cité où malheureusement, la violence endémique a fait plus de 2 700 victimes, rien que cette année 2015. Ce qui s’avère être un record historique. Un regard sur la carte de la métropole indique que les incidents violents ont lieu dans les quartiers noirs où la vie est déjà difficile.Ce qui ne va pas dans le sens de calmer les choses, surtout lorsque la violence a une connotation raciste.

A travers ce limogeage du chef du chef de la police de Chicago, soupçonné d’avoir couvert ses hommes qui ont tenté, pendant un an, de cacher la vérité sur cette affaire, le maire Rahm Emanuel espère que les manifestants qui ont perturbé la vie de Chicago, ces derniers jours, retrouveront leur sérénité.