Montée de fièvre au Gabon

12 personnes contaminées – dont 10 déjà mortes – par ce qui pourrait être un virus de type Ebola dans l’est du Gabon. Le gouvernement a mis en place un cordon sanitaire pour endiguer l’épidémie de cette fièvre hémorragique mortelle.

Le virus de la fièvre Ebola a-t-il encore frappé au Gabon ? C’est en tous cas ce qu’a annoncé le gouvernement gabonais, mardi, lors d’une conférence de presse. Depuis le 28 octobre, douze personnes auraient été contaminées, dont dix sont déjà mortes et une onzième dans un état critique, dans la province de l’Ogoué Ivindo (600 km à l’est de Libreville). Le virus a touché les membres d’une même famille qui auraient consommé la viande d’un singe trouvé mort dans la forêt. Une autre personne infectée est un travailleur de santé qui les a examinés.

 » Les échantillons prélevés sur ces patients par les chercheurs du Centre international de recherches médicales de Franceville (CIRMF) et analysés dans leur laboratoire spécialisé ont permis de mettre en évidence (…) la présence du virus de type Ebola « , indique un communiqué gouvernemental. Pourtant, au CIRMF, on reste muet.  » Nous ne sommes pas sûrs à 100% qu’il s’agisse de la fièvre Ebola, c’est pour cela que nous ne voulons pas communiquer. Cela peut prendre du temps pour déterminer ce qui a tué ces personnes « , nous disait-on là-bas, il y a une semaine. Aujourd’hui, malgré la déclaration du gouvernement, les chercheurs sont toujours aussi prudents.

Mise en quarantaine

Le virus, transmis au départ par des chimpanzés infectés, morts ou malades, peut être contracté par le contact direct avec le sang, les sécrétions ou les organes de la personne infectée. L’incubation de cette fièvre hémorragique, mortelle dans 50 à 90% des cas, est de 2 à 21 jours et il n’y a ni vaccin ni traitement spécifique. Le gouvernement a recommandé aux habitants de la région d’éviter de manger de la viande de brousse, surtout celle d’animaux retrouvés morts.

Les autorités ont par ailleurs mis en place un cordon sanitaire autour des villages concernés. Sans préciser le temps que durerait cette mise en quarantaine. La province a déjà été frappée par trois épidémies de ce type, entre décembre 1994 et mars 1997, qui ont fait 95 morts.