Monrovia renoue avec l’électricité et le palais présidentiel brûle

Les festivités marquant le 159e anniversaire de l’indépendance du Liberia, ont été quelque peu ternies par le violent incendie qui a frappé l’Executive Mansion, le palais présidentiel. D’autant plus qu’une partie de la capitale Monrovia venait de renouer avec l’électricité. Une première depuis 1990.

La célébration du 159e anniversaire de l’indépendance du Liberia, la première depuis la fin de la guerre civile en 2003 et les élections présidentielles de 2005, a été perturbée, mercredi après-midi, par un grave incendie qui a ravagé le palais présidentiel. Touchant surtout les bureaux du chef de l’Etat, Ellen Johnson Sirleaf, situés au quatrième étage de l’Executive Mansion. Le feu a été découvert aux alentours de 2h de l’après-midi alors que la Présidente s’apprêtait à recevoir pour le déjeuner les présidents Laurent Gbagbo de Côte d’Ivoire, John Kufuor du Ghana et Ahmed Tejan Kabbah de Sierra Leone, conviés aux festivités de la fête de l’indépendance. Les quatre chefs d’Etat qui étaient attablés, selon le journal libérien The Analyst, au 5e étage du palais bâti dans les années soixante, ont été évacués par les services de sécurité de la présidence.

La lumière et l’eau sont revenus à Monrovia

L’incendie, dont on ne connaît pas encore les origines, n’a fait aucune victime et a été circonscrit, après plusieurs heures, grâce à l’intervention – le pays ne disposant pas d’un service efficace de lutte contre le feu – « des camions-citerne notamment fournis par l’entreprise Firestone et par l’aéroport international Roberts », selon les propos, rapportés par l’AFP, de Cyrus Badio. Le porte-parole de la présidente libérienne a également affirmé qu’ « une enquête a été ouverte pour déterminer les causes de l’incendie ». L’ombre, après le retour de la lumière plus tôt dans le centre de la capitale libérienne, s’est ainsi abattue sur Monrovia. Bien que Mme Sirleaf ait encouragé ses concitoyens à poursuivre les réjouissances.

En ce jour de fête de l’indépendance, les Libériens célébraient aussi le retour progressif – ce que leur avait promis Ellen Johnson Sirleaf dans les 6 mois après son investiture – de l’électricité dans le pays après seize ans d’interruption. Au Liberia, les plus nantis règlent leurs problèmes d’approvisionnement en énergie grâce à des groupes électrogènes, tandis que les plus modestes se contentent de lampes à pétrole et de bougies pour s’éclairer. Le rétablissement de la fourniture en électricité devrait se dérouler en plusieurs phases. Celle qui vient d’être entamée ne raccordera que 3% de la ville de Monrovia. Notamment les rues, les hôpitaux et les écoles. Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, les résidents de la capitale libérienne avaient également renoué, mardi, avec l’eau courante. Trente pour cent des besoins en eau des résidents de la ville sont désormais assurés.