« Mon projet », un coup de pouce aux jeunes entrepreneurs gabonais

Les jeunes entrepreneurs gabonais, âgés de 20 à 40 ans, vont recevoir de l’argent pour financer leurs projets, à travers un concours organisé par le ministère des petites et moyennes entreprises et l’artisanat, avec l’appui de l’agence nationale de promotion de la petite et moyenne entreprise. L’annonce a été faite lundi à Libreville au cours d’une conférence de presse animée par les responsables du ministère des PMEA.

De notre correspondant

L’initiative « Mon projet’’ vise, entre autres, la diversification de l’économie nationale, la promotion de l’entreprenariat gabonais et la lutte contre le chômage et l’exode rural, puisque ce concours concerne aussi bien les jeunes des milieux urbains que ceux des campagnes.

Si les Gabonais de façon générale ont salué le lancement de concours, beaucoup ont émis tout de même des réserves en ce qui concerne les garanties de transparence dans le choix des lauréats. ‘’ L’initiative est bonne. La balle est maintenant du côté des jeunes, qui doivent en ce moment faire preuve de créativité et d’efficacité pour être éligible au financement, mais surtout pour pouvoir rembourser l’argent de l’Etat dans les délais requis’’, a déclaré mademoiselle Giovanna Cabrelle M’bou, étudiante à l’université Omar Bongo de Libreville.

Pour Henry Ambolo, diplômé en chômage, toutes les conditions de transparence doivent être réunies avant l’organisation de ce concours devant aboutir à l’attribution des crédits aux jeunes. ‘’ Ce que nous souhaitons c’est que ce concours ne soit pas organisé comme les autres concours de l’Etat, avec des magouilles, le copinage et le phénomène de pots de vin’’, a-t-il dénoncé, avant d’ajouter que dans ces conditions, la fraude ne fera que renforcer la misère des pauvres qui n’ont pas les moyens de corrompre les agents de l’administration publique.

Chacun espère que les lauréats de ce concours seront choisis pour la qualité de leurs projets et non pour des motifs subjectifs, et qu’ils se montreront rigoureux et persévérants dans la gestion de leurs futures affaires et seront capables, le moment venu, de rembourser l’argent de l’Etat.