Mohammed VI présente officiellement la demande du Maroc de réintégrer l’UA

Le roi Mohammed VI a officiellement présenté la demande du Maroc de réintégrer l’Union Africaine.

« Le moment est arrivé pour que le Maroc retrouve sa place naturelle au sein de l’Union Africaine » , a affirmé le Roi Mohammed VI dans un message adressé au 27ème sommet de l’organisation qui se tient à Kigali, au Rwanda. Une demande officielle de réintégration ainsi adressée à l4union Africaine que le Maroc souhaite réintégrer, 32 ans après claqué la porte.

Soulignant que « cela fait longtemps que nos amis nous demandent de revenir parmi eux, pour que le Maroc retrouve sa place naturelle au sein de sa famille institutionnelle. Ce moment est donc arrivé », a joutant que « cette décision de retour, réfléchie et longuement mûrie, émane de toutes les forces vives du Royaume (…). Le temps des idéologies est révolu (…). Les peuples de l’Afrique ont besoin de concret et d’actions tangibles (…). On ne peut changer la géographie. On ne peut se soustraire au poids de l’histoire (…). C’est justement ce qui milite pour que le Maroc ne demeure pas en dehors de sa famille institutionnelle et puisse ainsi retrouver sa place naturelle et légitime au sein de l’UA ».

« Agissant de l’intérieur, le Maroc contribuera à en faire une organisation plus forte, fière de sa crédibilité et soulagée des oripeaux d’une période dépassée (…). Le défi qui demeure à relever pour l’Afrique, plus d’une décennie après la naissance de l’Union Africaine, est celui de l’unité et de la cohésion de notre grande famille », a affirmé le roi.

Pour le souverain, « le Maroc, qui a quitté l’OUA n’a jamais quitté l’Afrique. Il a seulement quitté une institution, en 1984, dans des circonstances toutes particulières (…). Le temps est venu d’écarter les manipulations, le financement des séparatismes, de cesser d’entretenir, en Afrique, des conflits d’un autre âge, pour ne privilégier qu’un choix, celui du développement humain et durable, de la lutte contre la pauvreté et la malnutrition, de la promotion de la santé de nos peuples, de l’éducation de nos enfants, et de l’élévation du niveau de vie de tous ».