Mohammed VI ne veut pas « d’un Maroc à deux vitesses »

Le roi Mohammed VI a prononcé un discours ce mercredi, à l’occasion de la « Fête de la Révolution du roi et du peuple », dans lequel il dit ne pas vouloir « d’un Maroc à deux vitesses ».

Mohammed VI a prononcé un discours ce mercredi à l’occasion de la « Fête de la Révolution du roi et du peuple » axé sur l’économie, alors que d’habitude les allocutions royales prononcées lors de cette fête nationale sont consacrées au Sahara. Le souverain a souligné les réussites mais aussi les difficultés de l’économie marocaine. « L’économie nationale a connu une transformation profonde dans sa structure et une grande diversification dans ses secteurs productifs », a déclaré Mohammed VI. Selon lui, le Maroc a réalisé ces dernières années « un taux de croissance élevé et constant (…) en dépit des retombées de la crise mondiale ».

Mohammed VI a évoqué les nombreux programmes économiques mis en place dans le royaume, tels que : Halieutis, le Plan vert, le plan sur les énergies renouvelables ou encore les résultats de l’OCP. Il a estimé que ce sont les fruits de « stratégies sectorielles (qui) ont permis de réaliser des résultats concrets ». Sans détour, le roi a affirmé que l’économie du pays « a connu une transformation profonde dans sa structure et une grande diversification dans ses secteurs productifs », réalisant « un taux de croissance élevé et constant ». Mohammed Vi s’est toutefois demandé : « où en est donc le Maroc aujourd’hui ? ».

Ecarts sociaux

Le Maroc présente d’importants écarts sociaux. Le monarque a consacré une brève partie de son discours à propos des disparités sociales au Maroc. Ironie du sort, l’homme le plus riche du royaume, avec une fortune personnelle estimée à deux milliards de dollars, dit ne pas vouloir « d’un Maroc à deux vitesses : des riches qui bénéficient des fruits de la croissance et s’enrichissent davantage, et des pauvres restés en dehors de la dynamique de développement et exposés à plus de pauvreté et de privation ». Ce dernier a plaidé pour l’amélioration du « climat des affaires », notamment en « allant de l’avant dans la réforme de la justice et de l’administration, la lutte contre la prévarication et la moralisation de la vie publique ».

Mohammed Vi a par ailleurs salué les « différents gouvernements qui se sont succédés », adressant ainsi un message rassurant au PJD.

Dans son discours, le roi s’est exprimé de manière directe. Mais, comme à l’accoutumée, il n’a contenu aucune annonce concrète, souligne Tel Quel.