Modeste Boukadia met en garde contre l’influence de la Chine en République du Congo

Modeste Boukadia, surnommé le Vieux, homme politique de référence de la République du Congo, président du Cercle des démocrates et républicains du Congo (Cdrc) a pris de la hauteur lors d’une interview au Washington Times, mettant en garde contre la présence chinoise et ses contreparties obscures.

« Si nous ne faisons pas attention, bientôt tous les pays africains arboreront le drapeau chinois« , a déclaré Modeste Boukadia, un homme politique de la République du Congo qui était à Washington la semaine dernière. Il a par ailleurs annoncé récemment sa volonté d’organiser une grande Conférence internationale sur l’avenir du Congo-Brazzaville.

Dans une interview exclusive au Washington Times, M. Boukadia a déploré les pitreries « tyranniques » et « dictatoriales » du président congolais Denis Sassou Nguesso, qui a dirigé la minuscule nation déchirée par le conflit pendant 34 des 39 dernières années.

Cette déclaration va dans le sens de celle faite lors de sa récente tournée au Tchad, à Djibouti, en Éthiopie, au Kenya et au Nigéria. par le Secrétaire d’État, M. Rex W. Tillerson. M. Tillerson, dont le voyage se termine demain, mardi, a averti la semaine dernière que la Chine « encourage la dépendance en utilisant des contrats opaques, des pratiques de prêt prédatrices et des accords de corruption qui considèrent les nations endettées et sèment leur souveraineté« . Il faut pouvoir mettre en place des investissements plus transparents pour «favoriser une plus grande stabilité politique sur le continent».