Miss Monde déchaîne les foudres islamistes

A l’approche de l’élection de Miss Monde, le 7 décembre prochain, le Nigeria assiste à un regain de colère islamiste. Manifestations violentes, journaux mis à sac, l’arrivée des reines de beauté à Abuja met le feu dans les provinces musulmanes du pays.

5 000 manifestants, mercredi et jeudi, dans les rues de Tudun Wada, dans la province de Kaduna, selon l’envoyé spécial de la BBC au Nigeria. Bilan : des dizaines de morts et des centaines de blessés. Des islamistes brûlant les locaux du journal This Day dans la même région. L’Oumma des musulmans envoyant une lettre de mise en garde au président Obasanjo. L’élection de Miss Monde, prévue le 7 décembre prochain à Abuja, provoque les foudres des islamistes. Cet événement ravive dangereusement le conflit religieux qui divise le Nigeria entre chrétiens et musulmans.

 » Les musulmans pensent qu’il est immoral de faire venir au Nigeria 92 femmes et de leur demander de s’amuser. Qu’en aurait pensé Mahomet ? En toute honnêteté, il aurait probablement choisi une femme parmi elles.  » Tels sont les propos pour lesquels l’antenne du journal This Day à Kaduna a été réduit en cendres. Les responsables de l’édition nationale se sont sentis obligés de faire des excuses publiques.  » Nous sommes désolés d’avoir écris cela « , commente le directeur de publication, Eniola Bello. Mais il confie aussi avoir peur de la fièvre islamiste. Des forces de police ont été déployées autour des bureaux du journal à Abuja.  » Quant au concours des Miss, je ne vois rien à reprocher à cet événement « , assume-t-il.

Les Miss, une  » abomination « 

Une opinion qui n’est pas partagée par les dirigeants des Etats de Kano, Jigawa et Zamfara. Leurs porte-parole ont estimé que la retransmission du concours par la chaîne nationale NTA offense les disciples de l’Islam. Contactée, la chaîne a confirmé qu’elle maintenait la retransmission de l’élection mais a coupé court à toute discussion au sujet des réactions de la communauté musulmane. De son côté, Datti Ahmad, le chef du Conseil national pour la charia au Nigeria, a enjoint les 12 Etats qui appliquent la loi islamique à  » assurer un black-out médiatique total du spectacle des Miss Monde « . Pour ce dernier, l’événement est une  » abomination « .

Si l’élection des Miss était initialement vue d’un très bon oeil par les autorités nigérianes qui espéraient ainsi redorer l’image du pays, elle s’avère source de nombreux problèmes. Il a été décidé qu’elle aurait lieu à Abuja suite à la victoire, l’an dernier, d’Agbani Darego, la première Nigériane à remporter le concours de beauté. Mais plusieurs Miss ont d’abord menacé de boycotter l’événement pour protester contre la condamnation à la lapidation d’une jeune femme, Amina Lawhal, par les tribunaux islamistes du Nord. Il aura fallu qu’Amina Lawhal intervienne en personne pour que 80 Miss fassent finalement le déplacement, la semaine dernière. Pour une élection qui promet d’être très politique.

Voir le site des Miss.

Lire aussi : Miss monde et la charia ;

Miss Nigeria couronnée ;

La charia n’est pas mort au Nigeria.