Migrations : fin de Mare Nostrum, début de Triton, menaces en Méditerranée

Après avoir sauvé des centaines de milliers de vies, Mare Nostrum prend officiellement fin, ce samedi. Elle sera remplacée par la mission Triton. Les risques de nouvelles tragédies en mer Méditerranée restent certains.

Mare Nostrum, cette opération qui a commencé suite aux tragédies du 3 et du 11 octobre 2013 qui ont fait plus de 500 morts au large de l’île de Lampedusa, ayant permis de sauver des milliers de personnes fuyant des zones de guerre, de famine et de violence prend officiellement fin, ce samedi. Elle sera remplacé par la mission Triton.

Cette mission de surveillance et de sauvetage en mer a permis de sauver plus de 150 000 migrants érythréens, syriens, irakiens, somaliens, tous ont été secourus en mer. Mais comme l’a souligné le ministre italien de l’Intérieur, Angelino Alfano, « pour la première fois, la marine militaire italienne est allée au plus près des côtes libyennes pour sauver des vies ». L’Italie qui se plaint d’avoir dépensé en un an plus de 114 millions d’euros pour cette mission de sauvetage, ne veut plus s’engager seule dans cette opération trop coûteuse.

La ministre italienne de la Défense, Roberta Pinoti, qui insisté sur la caractère coûteux de l’opération Mare Nostrum, a toutefois précisé que la Marine italienne accompagnera la nouvelle mission européenne Triton durant les deux prochains mois. En clair, il y aura moins de navires qui voleront au secours des migrants naufragés, donc plus de risques de voir des morts en haute Méditerranée.

Ce qui pourrait sonner comme un retour à la case de départ s’agissant de l’assistance aux naufragés près des côtés italiennes.