Meurtres de Magnanville : deux proches de Larossi Abballa face au juge

Deux personnes placées en garde à vue, mardi 14? juin, dans le cadre de l’enquête liée aux assassinats d’un couple de policiers en France, ont été déférées par le parquet de Paris.777396489 gambien

Mardi 14? juin dernier, trois personnes étaient placées en garde à vue, dans le cadre de l’enquête liée aux assassinats d’un couple de policiers à leur domicile de Magnanville (Yvelines). Parmi eux, deux ont été déférées, ce samedi 18 juin 2016 au matin, par le parquet de Paris.

Selon le parquet, une information judiciaire a été ouverte, dans l’après-midi, pour des chefs d’assassinats, séquestration et complicité de ces crimes, et pour participation à une association de malfaiteurs terroriste. Quant au troisième homme, il a bénéficié de la relaxe pure et simple. Sans poursuite à ce stade, sa garde à vue a été levée. Pour leur part, les deux hommes doivent être présentés au juge d’instruction en vue de leur mise en examen.

Il s’agit de Charaf-Din Aberouz et Saad Rajraji, qui avaient déjà été condamnés à cinq ans de prison, en 2013, pour association de malfaiteurs en vue de préparer des actes terroristes dans le dossier d’une filière d’acheminement de djihadistes vers les zones tribales pakistano-afghanes du Waziristan. Curieusement, Larossi Abballa avait été condamné à trois ans de prison dans ce dossier. Suffisant pour que le parquet en déduise qu’ils sont « en état de récidive légale ».

Larossi Abballa a revendiqué le meurtre de deux fonctionnaires du ministère de l’intérieur, le commandant de police Jean-Baptiste Salvaing, 42 ans, et sa compagne Jessica Schneider, 36 ans, dans une vidéo publiée sur un compte Facebook. Il a été tué dans l’assaut des forces du RAID.