Meurtre de Chaïma en Algérie : ce qu’a décidé le juge d’instruction

Alors que l’Algérie et le monde entier sont sous le choc, suite au meurtre crapuleux de la jeune fille du nom de Chaïma, le juge d’instruction près le tribunal de Boumerdes, a pris une décision, ce lundi, à l’encontre du présumé meurtrier.

Ce lundi 5 octobre, le juge d’instruction près le tribunal de Boumerdes, dans le cadre de l’assassinat de Chaïma, 19 ans, a ordonné de placer en détention provisoire le présumé meurtrier de la jeune fille, alors que nombre d’Algériens exigent la condamnation à mort du coupable.

L’information a été donnée par ObservAlgerie qui, citant des sources locales, précise que l’individu a reconnu les faits qui lui sont reprochés, affirmant avoir tendu un piège à la victime, jeudi 1er octobre dernier, vers 15 heures. Accusé d’homicide volontaire en recourant à la torture, il a été placé en détention provisoire

Pour rappel, alors que la jeune Chaïma partait régler une facture de téléphone, elle croisera le chemin de son bourreau. Ce dernier la contraint à le suivre, pour ensuite la violer. L’homme lui portera plusieurs coups de couteau, à différentes parties du corps.

Pire, alors que Chaïma était encore en vie, son bourreau l’asperge d’essence avant de la brûler vive, pour l’achever. Fous de rage, les proches parents de la victime, notamment sa mère, demande l’intervention du Président algérien, afin que le responsable soit sévèrement puni pour venger la mort de leur fille.

Dans le même temps, de nombreux internautes, scandalisés par ce crime crapuleux, ont appelé à ce que le coupable soit condamné à mort. Surtout que, selon le récit fait par la mère de la victime, le bourreau avait une fois tenté le coup, alors que Chaïma n’avait que 15 ans.

La tentative avait alors échoué et le bourreau avait écopé de de six mois de prison frme, en plus d’une amende de 20 millions de centimes.