Messieurs, j’ai décidé de vous épouser

Une coutume ancestrale de l’ethnie Bashilélé permet aux Congolaises d’avoir plusieurs maris. L’objectif principal de la polyandrie était de préserver la paix sociale. La colonisation et les maladies sexuellement transmissibles ont pratiquement mis un terme à cette tradition.

Chez les Bashilélés de la République Démocratique du Congo (RDC), certaines femmes avaient plus d’un mari. Une tradition très réglementée, rare en Afrique et encore plus dans le monde, née notamment du besoin de préserver l’ordre social. La colonisation et les risques de contracter des maladies sexuellement transmissibles ont participé à faire disparaître cette tradition ancestrale.

Une femme par kumbu

Les Bahilélé vivent principalement dans les provinces voisines du Kasaï occidental (centre) et de Bandundu (centre-ouest). Leurs villages comptent entre 100 et 1 500 habitants, qui peuvent être originaires de différents clans. Il y a encore un demi-siècle, chaque village avait des kumbus, groupes de dix à trente jeunes hommes célibataires de la même tranche d’âge, ayant quitté le foyer pour vivre ensemble dans un quartier spécialement réservé pour eux.

Quelques temps après leur installation, ils choisissent une « femme commune », âgée d’environ vingt ans, pour leur kumbu. Cette femme peut être originaire du village, enlevée de façon théâtrale à un autre clan ou à un époux maltraitant, ou encore avoir été acquise lors d’une guerre. D’autres se proposent volontairement pour assumer cette fonction. Par dépit ou encore parce que le célibat leur pèse trop. La dot est deux fois plus importante que pour un mariage classique. « Les hommes du kumbu doivent donner au clan des parents 300 pièces de raphia (tissu artisanal, ndlr) contre 150 pour un mariage ‘normal’. Ils se cotisent pour payer la dot de la femme polyandre de leur choix, mais cotisent aussi pour celle des autres kumbus du village par solidarité », précise Séraphin Ngondo A Pitshandenge, professeur de démographie à l’université de Kinshasa et auteur d’une étude sur la polyandrie chez les Bashilélé [[<1>L’étude de Séraphin Ngondo A Pitshandenge, La polyandrie chez les Bashilélé du Kasaï occidental (Zaïre) fonctionnement et rôles, est disponible dans les cahiers du Centre population et développement Ceped de France]].

Madame est servie

Une fois cette formalité réglée, les femmes polyandres prennent les choses en main. Pendant « la lune de miel », période précédant le mariage « effectif » et qui peut durer plusieurs années, elles sont les reines. Les maris potentiels doivent être irréprochables et aux petits soins, au risque de se faire sérieusement rabrouer. La future mariée ne doit manquer de rien et ne pas s’ennuyer. Les jeunes Bashilélés rivalisent donc de stratagèmes et d’inventivité pour divertir l’objet de leurs convoitises. Ils dansent, chantent, luttent, chassent, médisent sur leurs rivaux et n’hésitent pas à mettre tous les atouts de leurs côtés sous les draps…

Pas facile d’être au service de la future Madame. Mais le jeu en vaut la chandelle. Au terme de « la lune de miel », elle choisira, lors d’une cérémonie solennelle, ceux qui l’ont le plus comblée. « Tout le village est présent. Les jeunes hommes sont représentés par un bâton. Si la ‘femme commune’ refuse de poursuivre sa route avec l’un d’eux, elle le renverse. Ce qui peut être très humiliant pour celui qui n’a pas été retenu, sauf pour les hommes partageant un lien de parenté avec elle et qui sont éliminés d’office », commente Séraphin Ngondo A Pitshandenge. Une fois les choix arrêtés, la polyandre est présentée officiellement pour que tout le monde sache de quel kumbu elle est la femme. Les hommes évincés devront choisir une autre femme et tout recommencer à zéro.

Ton infidélité, tu paieras

Les enfants de l’union appartiennent au kumbu. Même si la polyandre renonce à son statut pour partir vivre avec un autre homme. Un cas de figure qui se produit lorsque l’homme le plus puissant du groupe met au point un plan pour devenir le mari exclusif de la femme. Pratique en principe interdite puisque les co-époux s’engagent à être fair-play les uns vis-à-vis des autres. Dans le cas où l’un des maris voudrait voir une autre femme, il devra en payer le prix. A chaque incartade, il faut payer une amende comprise entre cinq et dix pièces de raphia. Et la note est encore plus salée lorsque la faute est accompagnée de circonstances aggravantes, comme aller trouver une autre femme pendant « la période de travail des champs et de la chasse », explique Séraphin Ngondo A Pitshandenge.

Les infidélités peuvent s’expliquer par une incompatibilité d’humeur ou encore un refus de partager plus longtemps une femme. « Pour certains, la polyandrie est bien souvent une étape avant le mariage avec une ‘femme propre’ », explique le professeur de démographie. Autant de facteurs qui font que le harem des polyandres est déserté. Mais dans ce cas, « le doyen du kumbu organise, à la demande de la polyandre, un ‘deuxième tour’ où des hommes se présentent à elle. Et, comme lors du premier mariage, elle en choisira un certain nombre », explique le professeur.

Messagères de paix

Les femmes polyandres ont un statut privilégié, presque sacré en vertu des services sociaux qu’elles rendent. « Ce sont elles que les chefs de villages envoyaient négocier en tant de guerre, car elles bénéficiaient d’une immunité. Concernant la vie au village, les ‘femmes communes’ distraient les jeunes hommes des kumbus pour qu’ils n’aillent pas courtiser les femmes mariées et risquer de briser leur couple. Certains pensent aussi qu’elles ont le pouvoir de soigner la ‘sanga’, une maladie qui serait liée à l’infidélité », poursuit l’universitaire. Autre fonction : elles attirent des hommes au village (qui doivent s’acquitter d’une taxe à l’entrée de l’un des kumbus), d’où le proverbe bashilélé : « La polyandrie agrandit le village ».

Cette tradition, très réglementée, s’est vu démantelée au fur et à mesure sous la colonisation qui qualifiait la polyandrie de « sauvage ». Quelque peu hypocrite si l’on en croit Séraphin Ngondo A Pitshandenge. « Lorsque les militaires gagnaient la campagne, ils prenaient des ‘femmes communes’ avec eux pour leurs propres besoins », explique-t-il. « L’arrivée de la religion chrétienne a beaucoup affecté la coutume. A l’indépendance (en 1960, ndlr), certains hommes, dont ceux de mon kumbu, se sont battus pour ressusciter la tradition. D’autant plus que nous étions en âge de nous marier. Mais la plupart des femmes polyandres ont quitté la région pour recouvrer leur liberté. Les kumbus sont biens moins organisés qu’avant. La tradition se perpétue très timidement. » Et la peur des maladies sexuellement transmissibles, en premier lieu le sida, ne participe pas au maintien de la coutume.