Menace terroriste : Manuel Valls évoque un risque d’attaques chimiques

Le Premier ministre français Manuel Valls a évoqué, ce jeudi, la possibilité que les terroristes utilisent des armes chimiques.

Face à la menace terroriste, la France n’est pas au bout de ses peines. Le Premier ministre français Manuel Valls a évoqué, ce jeudi 19 novembre 2015 au matin, devant l’Assemblée nationale la possibilité que les terroristes utilisent des armes chimiques et bactériennes contre la population française. « Nous sommes en guerre, pas une guerre à laquelle l’histoire nous a tragiquement habitué », a-t-il déclaré devant l’Assemblée nationale où le projet de loi prolongeant l’état d’urgence de trois mois est examiné.

Selon le Premier ministre français, « cette guerre nouvelle reste une guerre planifiée menée par une armée criminelle. Ce qui est nouveau, ce sont les modes opératoires. Les façons de frapper, de tuer, évoluent sans cesse ». Et Manuel Valls d’ajouter : « L’imagination macabre des donneurs d’ordre est sans limite: fusil d’assaut, décapitation, bombe humaine, armes blanches. Il ne faut aujourd’hui rien exclure et je le dis avec toutes les précautions qui s’imposent mais nous savons et nous l’avons à l’esprit, il peut y avoir aussi le risque d’armes chimiques et bactériologiques ».

Une intervention qui fait suite aux attentats meurtriers de Paris, perpétrés vendredi dernier, et qui ont fait à ce jour 129 morts et plus de 300 blessés. Jamais la France n’a connu des attaques terroristes aussi sanglantes.

Il pourrait y avoir d’autres attentats terroristes, avait prévenu le chef du gouvernement au lendemain du drame qui a ensanglanté la capitale française. Les terroristes liés aux attentats de Paris s’apprêtaient en effet à commettre d’autres attaques. Certains d’entre eux ont été interpellés après l’assaut de Saint-Denis qui a débuté mercredi à 4h20 du matin, heure française. Au total, huit personnes ont été interpellées par les forces de l’ordre françaises dont l’efficacité a été unanimement saluée. Deux des assaillants ont été tués, dont une femme kamikaze qui a déclenché sa ceinture d’explosifs.