Mbeki à Bouaké

Le Président sud-africain Thabo Mbeki, médiateur de l’Union africaine dans la crise ivoirienne, s’est rendu samedi 4 décembre à Bouaké pour rencontrer les responsables des Forces Nouvelles, qui tiennent tout le Nord de la Côte d’Ivoire.

Thabo Mbeki entend faire son travail de médiateur sans se ménager, ni ménager les acteurs du conflit ivoirien. Il a passé la journée du samedi 4 décembre à Bouaké, principale ville tenue par la rebellion des Forces Nouvelles, afin de rencontrer les responsables politiques des rebelles, et en particulier Guillaume Soro.

Acclamations populaires

Une foule dense de plusieurs dizaines de milliers d’habitants de Bouaké était réunie pour l’accueillir, scandant des slogans hostiles au Président Laurent Gbagbo. Même si de telles manifestations populaires n’étaient sans doute pas improvisées et pouvaient avoir fait l’objet d’une soigneuse préparation, il reste que c’est sans doute justement ce que Thabo Mbeki avait besoin de mesurer sur le terrain, après ses entretiens hors de Côte d’Ivoire avec les mêmes responsables rebelles.

Quel est réellement l’enracinement social, populaire, de la rébellion ? Quelle est donc son endurance, sa capacité à tenir face au pouvoir central, « légal », du Président Gbagbo, élu lors des dernières élections présidentielles, même s’il fut mal élu?

Signal positif

Pour l’instant, Thabo Mbeki semble avoir obtenu le dégel des travaux législatifs visant à amender l’article 35 de la Constitution ivoirienne, qui concerne les conditions d’éligibilité à la prochaine élection présidentielle prévue pour octobre 2005. Le porte-parole de la Présidence ivoirienne, Désiré Tagro, a annoncé samedi cette mesure, alors même que Thabo Mbeki effectuait son déplacement à Bouaké.

C’est un signal de décrispation, puisque ce point nodal (qui avait permis d’écarter jusque-là Alassane Ouattara de la course à la Présidence) prévu dans les accords d’Accra III (juillet 2004) était une des conditions que les rebelles mettaient, de leur côté, pour engager leur désarmement.

Thabo Mbeki fera connaître dans la journée de lundi les grandes lignes de ses préconisations afin d’engager au plus vite la Côte d’Ivoire dans un nouveau scénario de sortie de crise. Après deux ans de dislocation institutionnlle et de quasi-guerre civile, les Ivoiriens se prennent à espérer un peu plus… Dans l’attente de l’oracle venu du Sud !