Mauritanie: le paradigme coopératif au cœur du secteur extractif

logo Mauritanides 2022
logo Mauritanides 2022

Après les différentes annonces de projets extractifs en développement ces dernières années, le gouvernement mauritanien affiche son engagement dans le secteur le plus prometteur du pays. Le renforcement du partenariat avec la mine de Tasiast, plus ancien investisseur étranger dans le secteur, illustre bien le changement de paradigme du climat des affaires mauritanien. Une stratégie de développement autour des fleurons économiques du pays ambitionne de faire de la Mauritanie un nouveau pôle de business dans cette zone à cheval sur l’Afrique de l’Ouest et le Maghreb.

La stabilité politique de la Mauritanie est un modèle de réussite au Sahel. L’élection présidentielle pacifique de 2019 illustre le respect des principes constitutionnels en vigueur dans le pays. À ce titre, le climat des affaires mauritaniens évolue favorablement depuis une dizaine d’années avec une accélération significative sous la présidence de Mohamed Ould Ghazouani. Le cas de Tasiast, filiale mauritanienne de la société aurifère Kinross, est notable. Alors que les relations avec le gouvernement précédent étaient plus distantes, nous assistons à un changement de paradigme depuis l’élection de Mohamed Ould Ghazouani… orientée vers une relation partenariale où les deux parties trouveront leur intérêt.

La coopération, un vecteur des relations bilatérales

Au cours des trois dernières années, de nombreuses visites officielles se sont succédé auprès des acteurs privés du pays. Ainsi, la Direction de Tasiast a successivement accueilli le Ministre de la Fonction publique et du Travail en 2020, le Ministre des Mines en 2021 et le Ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle en 2022. Plus récemment, le 7 août 2022, une délégation de parlementaires de la République Islamique de Mauritanie a été reçue par la direction générale de Tasiast pour une visite d’une journée de la mine. Ces visites régulières témoignent d’un mode de coopération public-privé qui semble émerger dans le pays.

Ces échanges se font également au plus niveau avec la nomination par le Président Ghazouani du PDG de Kinross, Paul Rollinson, comme membre permanent du Haut Conseil de l’investissement en 2022. Ce dernier rassemble les autorités politiques du pays, les partenaires techniques et financiers et les investisseurs privés pour échanger sur les réformes et moyens à déployer pour améliorer le climat des affaires dans le pays.

Le gouvernement mauritanien affiche ses priorités de développement

En mettant en valeur les voix et expériences des leaders du secteur privé, le gouvernement mauritanien souhaite afficher son attractivité en tant que pays fiable pour les investissements étrangers et optimiser les recettes que le pays tire de l’exploitation de ses ressources naturelles. À lui seul, le secteur extractif représente 30% des revenus de l’État.

La conférence des Mauritanides du 22 au 24 novembre 2022 s’inscrit dans cette démarche gouvernementale. En effet, le principal forum d’Afrique du Nord-Ouest rassemblera les différentes parties prenantes du secteur minier, des hydrocarbures et des énergies renouvelables, sous le patronage du Président de la République islamique de Mauritanie. Les acteurs privés du secteur extractif, comme Tasiast, tirent avantage de cet évènement en constante amélioration. Lancé en 2010, ce forum progresse à chaque édition. Sur deux jours, le gouvernement mauritanien réussit le pari de réunir dans un même lieu, des investisseurs, nationaux comme étrangers, des banques, des associations industrielles, des cadres supérieurs du secteur extractif et également le secteur académique, pour préparer l’avenir économique du pays.

Lire aussi Mauritanie : des progrès dans la lutte contre l’esclavage

La Mauritanie cherche à devenir la nouvelle destination extractive de l’Afrique avec des projets à grande échelle dans les secteurs des mines, du gaz, du pétrole et de l’hydrogène vert, tel que le projet gazier de Grand Tortue Ahmeyim de la major britannique BP qui devrait entrer en production fin 2023. Enfin, la direction générale des hydrocarbures du ministère est soutenue financièrement par l’Association Internationale de Développement (IDA) de la Banque mondiale pour attirer les investisseurs étrangers dans le secteur pétrolier et gazier du pays. Le forum des Mauritanides sera l’occasion pour les acteurs privés de se retrouver autour de projets communs et d’inaugurer de nouveaux projets.

La synergie industrielle : un nouveau levier de développement pour le gouvernement mauritanien ?

La nouvelle dynamique du développement économique de la Mauritanie confronte les entreprises aux mêmes enjeux opérationnels. Effectivement, les variations annuelles du cours des matières premières (-5,3% pour l’or et -19,9% pour le fer), la crise mondiale de l’approvisionnement et la pandémie de la Covid-19 sont des défis communs auxquels sont confrontés ces acteurs. Dans cette perspective, les prémices d’une collaboration sont déjà visibles.

Le 28 juillet 2022, une délégation de 21 cadres et membres de l’Union Nationale du Patronat Mauritanien (UNPM), conduite par son Président, Mohamed Zein El Abidine Ould Cheikh Ahmed, a effectué une visite d’une journée sur le site de Kinross Tasiast. Au cours de cette visite, plusieurs présentations ont été faites sur les contributions de TMLSA en Mauritanie et sur la chaîne d’approvisionnement locale, participant ainsi de la perception croissante de son inclusion effective au tissu des affaires en plein essor dans le pays

Dans le même esprit, le 19 septembre 2022, une délégation de quatre cadres de Tasiast, emmenée par M. Mahmoudy Mohamedou, chargé des Relations Extérieures de Tasiast, est venue, trois jours durant, à la rencontre de la SNIM pour une première visite qui est venue poser les jalons d’une future collaboration, confortée par une visite de réciprocité sur le site de Tasiast du 19 au 21 octobre 2022.

Tasiast et la SNIM expriment une même dynamique d’expansion avec le projet 24k et l’agrandissement du port de Nouadhibou respectivement. Ces initiatives ont le mérite de stimuler l’activité économique locale, grâce à un travail conjoint, au centre des préoccupations de la population.

par Yaw Mensah