Mauritanie : la BAD accorde un don de 1,1 milliard FCFA

La Banque Africaine de Développement a approuvé l’octroi d’un don de 2,1 millions de dollars américains (1,1 milliard FCFA), destiné à renforcer la résilience de la Mauritanie face aux chocs climatiques et à l’insécurité alimentaire. Ce don du Fonds africain de développement servira à apporter une assistance technique et institutionnelle permettant de renforcer la capacité de ce pays d’Afrique de l’Ouest à évaluer les risques liés au changement climatique.

La BAD accorde cette aide financière dans le cadre de son programme de financement des risques de catastrophe en Afrique (ADRiFi), afin de permettre à la Mauritanie de souscrire une police d’assurance indexée sur le risque de sécheresse. Cette assurance devrait protéger l’économie mauritanienne des chocs liés à la sécheresse au moment où le pays est également confronté à la pandémie du Covid‑19.

« L’ADRiFi Mauritanie fournira, de manière opportune, des services efficaces de premier secours aux bénéficiaires ciblés des communautés touchées par les catastrophes. Il renforcera la résilience aux catastrophes liées à la sécheresse en Mauritanie », se réjouit Atsuko Toda, directrice du Groupe de la Banque pour le Financement agricole et le développement rural.

Pays saharo-sahélien, la Mauritanie connaît des pluies irrégulières et des sécheresses répétées, qui ont des répercussions profondes sur la production alimentaire et les revenus. En 2017, 28% de la population totale se trouvait en situation d’insécurité alimentaire. Ce qui donne une orientation à ce projet qui portera sur trois volets : le développement de solutions de gestion des risques liés au changement climatique; l’aide à l’accès aux mécanismes de transfert des risques de catastrophe et la gestion et la coordination des programmes.

« La mise en place des solutions de gestion des risques climatiques se fera de deux manières : par le renforcement des capacités nationales pour mieux appréhender le risque de sécheresse et mettre en œuvre des plans d’urgence, d’une part; et par le recueil de données agro-climatiques plus précises utilisables pour l’ajustement de la police d’assurance indexée, d’autre part. Le personnel technique et les décideurs bénéficieront d’un renforcement de capacités utiles à la réalisation d’une modélisation plus efficace des risques de catastrophe liés à la sécheresse en Mauritanie », indique le communiqué.

En ce qui concerne le second volet, l’ADRiFi financera aussi le paiement de 50% de la prime de la police d’assurance, pour les années 2020 et 2021, et aidera à la mobilisation de ressources en vue de mettre en place un dispositif de réponse à la crise alimentaire.

Le troisième et dernier volet concerne la coordination globale et le suivi des activités qui seront effectués par la Commission de la sécurité alimentaire (CSA) du pays.